Grâce à l’ajout d’un nouvel avenant à leur police d’assurance habitation, les assurés de Desjardins dont la propriété est située dans une zone où le risque est faible seront désormais automatiquement et gratuitement couverts pour les dommages causés par le débordement d'une étendue d'eau ou la rupture d'un barrage. Quant à ceux dont la propriété est située dans une zone moyennement à risque pourront également bénéficier de cette nouvelle protection moyennant un supplément.

« Nous avons écouté nos clients et avons conçu cet avenant en nous mettant dans leur peau. Notre objectif est de leur éviter de mauvaises surprises, car subir un sinistre est déjà suffisamment éprouvant, souligne Denis Dubois, président et chef de l'exploitation de Desjardins Groupe d'assurances générales. Ainsi, notre protection inondations comporte moins d'exclusions que celle de la plupart de nos concurrents et, bien qu'elle soit offerte gratuitement à la majorité de nos assurés, elle demeure optionnelle pour ceux qui auraient à débourser pour l'obtenir. Le client peut donc adapter ses protections à ses besoins et à sa réalité. »

La Garantie lance H2O+

Cette annonce intervient alors que la semaine dernière, c’est La Garantie qui annonçait le lancement d’un nouvel avenant contre les inondations, H2O+ (voir Flashfinance vol.22 - numéro 42). Cette nouvelle protection couvrira les dommages causés par les infiltrations d’eaux de surface ou souterraines et par la glace transportée par l’eau.

À compter du 27 mars, les nouveaux clients de La Garantie verront cet avenant être ajouté automatiquement à leur garantie existante contre le refoulement d’égout dans chaque assurance habitation de base. Le tout leur sera offert gracieusement jusqu’à leur renouvellement d’assurance. Quant aux clients actuels de La Garantie, ils pourront se procurer cet avenant à compter du 23 mai.

Un nouvel avenant conçu par le BAC

En entrevue au Journal de l’assurance en janvier dernier, Line Crevier et Anne Morin, respectivement responsable des affaires techniques et responsable des affaires publiques au Bureau d’assurance du Canada (BAC), révélaient que c’est à la demande de ses membres assureurs que le BAC avait conçu un nouvel avenant censé protéger les Québécois contre la crue soudaine d’un cours d’eau.

L’avènement de ce nouvel avenant devait faire en sorte que les assureurs aient un cadre clair pour bâtir leur protection contre les débordements de cours d’eau. Et la question était alors de savoir si cet avenant allait être adopté par les assureurs. Les cas de La Garantie et de Desjardins apportent un premier élément de réponse.