Le départ de Patrick Déry et de Nathalie Drouin de l’Autorité des marchés financiers n’a pas déstabilisé son PDG Mario Albert. Dès le lendemain de l’annonce de leur départ, un intérim a été assuré. M. Albert dit maintenant travailler à bâtir une équipe encore meilleure.La nouvelle première ministre Pauline Marois et son bras droit à la tête de la fonction publique québécoise, Jean St-Gelais, ont créé un vide immense à la direction de l’Autorité en allant chercher deux des piliers du régulateur québécois. Le vide aurait pu être encore plus grand, car M. Albert a aussi été approché, mais a décliné les offres qui lui ont été faites.

Nathalie Drouin et Patrick Déry ont quitté l’Autorité pour occuper respectivement les postes de sous-ministre du ministère de la Justice et de sous-ministre aux Ressources naturelles. Mme Drouin était surintendante de la solvabilité et directrice générale des affaires juridiques à l’Autorité. M. Déry était surintendant de l’assistance aux clientèles et de l’encadrement de la distribution.

Arrivée au pouvoir du PQ

Ces nominations ont eu lieu dans la foulée de l’arrivée au pouvoir du Parti Québécois et de la création du gouvernement de Mme Marois. Le nouveau Conseil des ministres du gouvernement Marois a entériné ces nominations à sa séance tenue exceptionnellement le jeudi 20 septembre. Ils sont entrés en fonction dans leurs nouvelles responsabilités le même jour.

Mme Drouin était en quelque sorte la mémoire de l’industrie à l’Autorité. Elle y avait occupé divers postes, depuis la création du régulateur, en février 2004, dont le poste de directrice générale, contrôle des marchés et affaires juridiques.

Elle a vécu toutes les grandes étapes de l’élaboration des lois et structures de l’encadrement au Québec, qui ont mené à la création de l’Autorité. Elle était ainsi déjà de l’équipe du Conseil des assurances de personnes, puis du Bureau des services financiers, à titre de directrice des affaires juridiques. C’est cet organisme qui a cédé sa place à la super agence qu’est devenue l’Autorité.

Avant de joindre l’Autorité, en juillet 2011, M. Déry agissait, quant à lui, à titre de sous-ministre adjoint aux politiques fédérales-provinciales et financières, au ministère des Finances du Québec, où il a travaillé pendant une douzaine d’années. Au cours de cette période, il a notamment contribué à gérer les conséquences de la récente crise financière sur les grandes institutions financières québécoises, et à mettre en œuvre la stratégie du Québec en matière de relations fédérales-provinciales.

« Ce ne sont pas des gens que l’on voulait voir partir. Toutefois, dès que j’ai été approché, je savais que d’autres pourraient l’être aussi, car Jean St-Gelais connait bien tout ce monde. Je respecte néanmoins leur choix de quitter. On perd de l’expérience, on perd du leadership, mais nous avons des gens à l’interne capables de faire la job. J’ai beaucoup aimé travailler avec eux, mais nous devons mettre la barre haute et construire une équipe encore meilleure », a-t-il confié à FlashFinance.ca, une publication-sœur du Journal de l’assurance, au lendemain de l’annonce.

M. Albert dit pouvoir affronter cette tempête et être habitué à de tels feux de forêts. « J’en ai vécu quatre dans ma carrière de 31 ans en gestion », dit-il. Le PDG de l’Autorité reconnait que cette nouvelle n’est pas sans impact, mais qu’il sait comment se retourner.

L’Autorité a déjà prévu assurer l’intérim de ces départs à court terme. Eric Stevenson s’occupera du volet de l’assistance aux clientèles, de l’encadrement et de la distribution. Ces responsabilités comprennent la Direction principale de l’indemnisation et des politiques d’encadrement de la distribution, qu’il assumait déjà, ainsi que celle de la Direction principale des opérations d’encadrement de la distribution.

Louis Morisset, surintendant des marchés de valeurs, aura la responsabilité de superviser les activités de la Direction principale des affaires publiques et des communications. Cette division comprend aussi la Direction de l’éducation financière, la Direction du centre d’information et le Fonds pour l’éducation et la saine gouvernance. Louis Beauchamp prendra l’éducation financière, un volet qu’il connait bien, au dire de M. Albert.

Le PDG de l’Autorité assurera lui-même l’intérim pour les questions de solvabilité. De nombreux chantiers y sont en cours, notamment l’implantation des règles de Bâle III au sein du Mouvement Desjardins. Il prendra aussi l’intérim pour assurer la supervision du mégaprojet informatique MISA.

Il y ajoutera l’intérim de la fonction de surintendant de l’encadrement et de la solvabilité. Il sera épaulé par Julien Reid et Nathalie Sirois. M. Reid, directeur principal des normes et de l’assurance-dépôt, assumera la supervision de la Direction de la surveillance des institutions de dépôt. Quant à Mme Sirois, en plus de ses fonctions à la Direction principale de la surveillance des assureurs, elle supervisera les activités de la Direction du contrôle du droit d’exercice.