Un nouveau forum de discussion vient de voir le jour pour les conseillers financiers qui souhaitent acheter ou vendre leur bloc d’affaires ou, tout simplement, comprendre la mécanique derrière une telle transaction. Lawrence Geller, qui a créé le forum For Advisors Only (FAO), est derrière le projet.

M. Geller, qui est aussi président du cabinet L.I. Geller Insurance Agencies, dit que SellYourPractice.ca adoptera la structure de FAO. Le forum de discussion sera réservé aux usagers de l’industrie qui s’enregistreront. Ils pourront poser des questions sur divers sujets reliés à l’achat ou la vente d’une pratique d’assurance vie ou de planification financière, ou encore y répondre.
Quand M. Geller a lancé FAO, au milieu des années 2000, il a fallu environ un an pour réunir suffisamment de participants et permettre au site de contenir un nombre significatif de billets. Aujourd’hui, FAO compte plus de 1 300 usagers inscrits et environ 8 000 observateurs qui suivent les discussions.
Beaucoup de gens parlent de succession dans l’industrie, et c’est ce qui a incité M. Geller à lancer ce nouveau site, d’autant plus qu’il considère que rien ne se fait sur le sujet. « Une grosse partie de mon objectif est d’éduquer la profession. C’est d’ailleurs ce que fait FAO. Je veux que les gens pensent à leur succession, mais je veux aussi leur donner un véhicule pour la planifier », dit-il. M. Geller affirme ne pas avoir d’aspirations commerciales, mais il ne cache pas qu’il aimerait que le site soit autosuffisant.
Le site comprend un espace de discussion, une liste de liens menant à des articles sur la succession et la valeur d’une clientèle, ainsi qu’un espace réservé aux usagers enregistrés, qui contient la liste des pratiques en vente, par région. L’accès à cette liste est gratuit, et M. Geller dit ne pas avoir l’intention de faire payer les usagers qui l’utiliseront. D’ici quelques semaines, M. Geller planifie aussi l’ajout d’un calculateur Excel téléchargeable qui permettra d’établir la valeur d’une clientèle. Même si la courbe démographique joue en faveur du site – l’âge moyen des conseillers financiers canadiens se situe dans la cinquantaine – l’évaluation de la valeur d’une clientèle est quelque chose de relativement nouveau dans l’industrie. La plupart des conseillers préfèrent prendre une semi-retraite et garder leur bloc d’affaires en vigueur, dans le but de toucher les commissions de renouvèlement.
M. Geller dit que cette façon de faire ne sera pas viable encore bien longtemps pour l’industrie, à cause de l’intérêt des régulateurs pour le phénomène et des inquiétudes grandissantes au sujet de la responsabilité des conseillers qui n’offrent plus de services à leurs clients. Il compte ainsi éduquer les conseillers sur ce problème, en les incitant à monter un plan de succession. « Je veux les inciter à planifier, ce que la grande majorité ne fait pas actuellement », dit-il.