L’idée d’un compte d’épargne libre d’impôt au Canada ne date pas d’hier. Déjà en 2001, l’Institut C.D. Howe suggérait à Ottawa d’introduire une nouvelle option d’épargne pour la retraite que les auteurs nommaient « le régime d’épargne aux impôts prépayés ».

Les caractéristiques du futur CELI y étaient décrites. L’institut affirmait que les Canadiens à très faible revenu auraient avantage à cotiser dans ce type de compte en vue de la retraite. De plus, le document indique que tous les travailleurs et l’économie canadienne tireraient profit d’une nouvelle disposition fiscale pour l’épargne.

Le 30 septembre dernier, le C.D Howe revenait à la charge en suggérant que le gouvernement fédéral introduise des mesures incitatives d’épargne spéciales pour les Canadiens pauvres. Les cotisations des gens défavorisés au CELI pourraient alors être appariées par un fonds financé par les contribuables. Les auteurs citent en exemple la Subvention canadienne versée dans le cadre du Régime enregistré d’épargne étude (REEE).