Plafonner à 1200 $ le montant des commissions versées dans le cadre d’un contrat d'assurance vie, telle est la principale recommandation d’une étude menée par John Trowbridge, actuaire et ancien membre de l'Australian Prudential Regulation Authority.

photo_web_1228Dans cette étude commandée par le Conseil australien des services financiers (FSC) et l'Association des conseillers financiers de l'Australie (AFA), il suggère que l'industrie mette en place de nouvelles modalités de rémunération afin de minimiser les conflits d'intérêts, « en particulier les incitations ou tentations associées aux taux de commissionnement initiaux élevés ».

Le modèle de rémunération proposé par John Trowbridge plafonnerait ainsi les commissions initiales d'assurance vie à 1 200 $. Pour les clients dont les primes annuelles seraient inférieures à 2 000 $, les commissions ne devraient pas dépasser plus de 60% des primes de la première année.

Pour résoudre les problèmes de remplacement de police, M. Trowbridge propose par ailleurs que les conseillers soient soumis à une règle de cinq ans : ils percevraient ainsi 1 200 $ de commission initiale au moment de la vente d’une assurance vie, et devraient ensuite attendre cinq ans avant de pouvoir percevoir de nouvelles commissions initiales.

En outre, le rapport recommande que toutes les commissions soient « totalement transparentes pour le client », le conseiller étant tenu de divulguer clairement tout paiement reçu de la part de l'assureur ainsi que la nature de sa commission (totale ou partielle).

Pour lire l’étude dans son intégralité (en anglais) : cliquer ici.