L’Unique a récemment lancé un produit de cautionnement pour les entreprises de distribution et de livraison de biens ou de services.

« Historiquement, un cautionnement requérait une lettre de crédit bancaire ou un dépôt. À l’Unique, nous endossons le distributeur s’il omet de payer au fournisseur », explique le directeur, souscription et ventes, cautionnement et crédit, Jean-Eudes Boudreau.

Parmi ceux qui peuvent bénéficier de ce cautionnement, M. Boudreau cite le cas des distributeurs indépendants de journaux ou de produits alimentaires.

Le cautionnement offert oscille entre 10 000$ et 15 000$, payable annuellement, et la prime moyenne s’élève à 500$.

L’Unique prévoit ajouter de 300 à 500 distributeurs et livreurs à sa clientèle d’ici la fin de l’année 2006. « Notre rentabilité est très bonne dans ce secteur parce que notre taux de sinistres est très bas », fait valoir le directeur de l’Unique. Il évalue le marché québécois du cautionnement à près de 65 millions de dollars de primes.