La Chambre de l’assurance de dommages compte 14 208 représentants certifiés. L’organisme compte ainsi 5 503 hommes (39 % des représentants) et 8 678 femmes (61 %). De plus, 843 membres de la Chambre ont l’anglais comme langue première (6 %).

En janvier 2011, l’industrie de l’assurance de dommages comptait 1 294 cabinets inscrits (personnes morales) dans ses rangs, soit dix de plus qu’à pareille date en 2010. De ce nombre, 87 % sont constitués en cabinets, soit 1 130 cabinets. Par ailleurs, 928 de ces cabinets (qui incluent les cabinets, les sociétés autonomes et les représentants autonomes) ont dix représentants ou moins (81 %).

La Chambre compte 219 cabinets d’experts en sinistre.

En 2002, la Chambre comptait 10 440 représentants, contre 14 208 aujourd’hui. Le nombre de cabinets, incluant les cabinets, les sociétés autonomes et les représentants autonomes, était de 1 509, contre 1 294 aujourd’hui. Ce qui fait dire à sa PDG Maya Raic : « Il y a eu une rationalisation de la distribution, mais pas un désintérêt pour la profession. Il y a moins de cabinets, mais on embauche plus. »

Le groupe le plus actif à sa reproduction est les agents. De 2002 à 2011, la Chambre a observé une progression de 53,6 % du nombre d’agents, contre 34,5 % pour les courtiers, 19,7 % pour les experts en sinistre travaillant pour un assureur et 6 % pour les experts en sinistre indépendants. En chiffres absolus, les courtiers demeurent ceux qui ont le plus grand nombre de membres au sein de la Chambre. Ils étaient 4 969 en 2002, contre 6 684 en 2011.

Selon un sondage mené par la Coalition pour la promotion des professions en assurance de dommages, l’industrie avait 5 300 postes à combler entre 2010 et 2012. En 2011 et 2012, 3 600 postes sont à combler.

Le membership de la Chambre vieillit. Ce sont 3 000 de ses membres qui ont 55 ans et plus, soit 21 % des inscrits. De plus, la moitié des membres de l’organisme ont 45 ans et plus.

Hubert Roy

Source : Chambre de l’assurance de dommages