Les assureurs à courtage ont vu une fois de plus leur part du marché de l'assurance de dommages reculer en 2009. Toutefois, la perte s'est limitée à 0,34 %. La part du tandem assureurs/courtiers est de 55 %. Les assureurs directs récoltent ainsi les 45 % restants du marché de l'assurance de dommages québécois.Le courtage voit depuis plusieurs années sa part de marché s'effriter. En 2008, la perte était de près de 1 %. En 2007, elle était de 0,8 %, contre 1,5 % en 2006. Le pire recul a été enregistré en 2005, alors que la perte du courtage dépassait les 2 %.

Au 31 décembre 2009, le courtage possède ainsi un volume de primes de 4,16 milliards de dollars (G$). Il s'agit d'une hausse de 0,3 % par rapport à 2008, alors que le volume était de 4,14 G$. Les assureurs directs ont cumulé un volume de primes de 3,4 G$ en 2009, une hausse de 1,7 % par rapport à 2008. En 2008, les assureurs directs avaient un volume de primes de 3,34 G$.

Au total, l'ensemble des assureurs de dommages du Québec affiche un volume de primes de près de 7,6 G$. C'est une hausse de près de 0,9 % comparativement à 2008, alors que le volume de primes québécois était légèrement inférieur à 7,5 G$.

Le courtage au Groupe Promutuel et au Groupe Ledor
Deux assureurs directs ont des activités de courtage significatives au Québec : le Groupe Promutuel et le Groupe Ledor.
Le courtage représente ainsi 23 % des activités du Groupe Promutuel, tandis qu’il représente 47,2 % des activités du Groupe Ledor. Une fois ces parts comptabilisées, la part réelle du courtage augmente de 2 % pour atteindre 57 %.
Le Groupe Ledor a aussi accepté de dévoiler au Journal de l’assurance quelle part le courtage représentait dans chacun de ses segments d’affaires. Ainsi, 44 % des affaires de l’assureur en assurance habitation proviennent du courtage. En assurance automobile, le Groupe Ledor tire 36,7 % de ses affaires du courtage. En assurance agricole, 16,8 % des affaires proviennent des courtiers. Finalement, le courtage apporte 73,7 % du volume de l’assureur en assurance des entreprises. Le Groupe Promutuel n’a pas dévoilé cette information.

Fuite en auto et en biens
En 2009, c'est en assurance automobile et en assurance des biens personnels que les directs ont grugé les parts de marché du courtage. Les assureurs à courtage y ont subi des reculs respectifs de 0,22 % et 0,61 %. Leur part en assurance automobile est de 45 %, avec un volume de primes de 1,4 G$. En assurance des biens, elle est de 41 %, avec un volume de 770 millions de dollars (M$).

Les assureurs à courtage ont toutefois gagné des parts en assurance des entreprises. Ils ont vu leur part grimpé de 0,48 % pour s'établir à 78 %. Ils y possèdent un volume de primes de 955 M $, contre 264 M $ pour les assureurs directs.

Le courtage tient encore le haut du pavé en assurance responsabilité et détient 80 % de ce marché. Il s'agit d'une hausse de 0,14 % par rapport à 2008. Leur volume de primes y est de 683 M $. Les assureurs à courtage dominent aussi la section « autres », avec une part de 66,34 %, en hausse de 3,38 %. Leur volume y est de 334 M $.

L'assureur ayant vu sa part de marché croitre le plus est un assureur à courtage : AXA Assurances. Cet assureur a vu son volume de prime croitre de 0,72 % pour s'établir à 9,72 %. Son volume de primes est ainsi passé de 674 M $ en 2008 à 735 M $ en 2009.

Aviva Canada a aussi connu une bonne croissance en 2009 par rapport à 2008, avec une augmentation de sa part de marché de 0,44 %. Il contrôle ainsi 4,58 % du marché. Le volume de primes de l'assureur au Québec est passé de 311 M $ à 346 M $ de 2008 à 2009.

Autre progression, celle d'AIG Commercial, qui fonctionne surtout sous sa filiale Chartis. Sa part de marché a grimpé de 0,28 % pour s'établir à 2,01 %. Son volume de primes est passé de 143 M $ en 2008 à 165 M $ en 2009.

D'autres assureurs à courtage ont réalisé des hausses. C'est le cas d'Intact Assurance (0,14 %), qui demeure le plus gros assureur de dommages au Québec avec un volume de primes de 809 M $. Sa part de marché est de 10,71 %.

C'est aussi le cas de Lloyd's (0,10 %). Il devient le quatrième plus gros assureur à courtage au Québec, devançant L'Union Canadienne, avec une part de marché de 3,31 %.

Du côté des assureurs directs, c'est SSQ assurances générales qui a réalisé la progression la plus importante. Sa part de marché a gagné 0,28 % pour s'établir à 1,95 %. Son volume de primes est passé de 125 M $ à 148 M $.

Desjardins Assurances générales a vu sa part de marché augmenter. La hausse est de 0,2 %. Sa part de marché est de 9,52 % Son volume de primes est passé de 698 M $ à 720 M $ de 2008 à 2009. Autre progression du côté des directs : celle de La Capitale assurances générales. La hausse de sa part de marché est 0,18 %, pour s'établir à 5,73 %. Son volume de primes est passé de 415 M$ en 2008 à 433 M $ en 2009.

Le recul le plus important de la part de marché d'un assureur observé en 2009 est celui de l'assureur hypothécaire Genworth. Sa part de marché a fondu de 0,55 %, son volume de primes passant de 112,5 M $ en 2008 à 72 M $.

Deux assureurs à courtage ont aussi vu leur part de marché baisser en 2009. Tout d'abord, la part de marché de La Missisquoi a subi une baisse de 0,25 % pour s'établir à 1,57 %. Le volume de primes de l'assureur était de 136 M $ en 2008. En 2009, il est de 119 M $. Quant à Lombard, sa part de marché a diminué de 0,13 %. Son volume de primes est passé de 160 M $ à 152 M $ de 2008 à 2009.