Quelque 35 % des conducteurs âgés de 17 à 25 ans du Royaume-Uni possédaient une assurance automobile incluant une solution de télématique en 2018. Or, ils paient tout de même plus cher pour leur assurance automobile que la moyenne, affirme l’entreprise GlobalData, spécialisée en données et analytique.

La télématique est une manière de surveiller les habitudes de conduite des assurés. Une boite noire peut être installée sous le véhicule afin de surveiller des aspects de la conduite comme la vitesse et les habitudes de freinage. Les assureurs offrent souvent des rabais sur la prime d’assurance automobile pour de bonnes habitudes de conduite.

« Ces polices sont faites pour aider les jeunes conducteurs à prouver qu’ils conduisent de manière sécuritaire afin de réduire leurs dépenses annuelles. Toutefois, les jeunes de 17 à 25 ans paient beaucoup plus cher. La situation est encore pire pour les jeunes âgés de moins de 21 ans, qui paient près du double de la moyenne des primes », affirme Liam Hopson, analyste en assurance pour GlobalData.

Des primes trop élevées

La firme soutient que les couts élevés associés à l’achat d’un véhicule au Royaume-Uni font en sorte qu’une grande partie de la population préfère atteindre une certaine stabilité financière avant de passer un examen de conduite.

« Cette situation affecte leur indépendance, leur mobilité sociale et réduit leurs chances de trouver un emploi, car ils doivent demander à leur famille et leurs amis de conduire à leur place ou doivent prendre le transport en commun », explique GlobalData.

D’après Ben Carey-Evans, analyste en assurance pour l’entreprise, assurer les jeunes conducteurs devient un problème pour les compagnies d’assurance. Les primes trop élevées poussent les jeunes vers d’autres alternatives, mais les assureurs ne peuvent les réduire en raison du risque élevé, dit-il.

Il ajoute que la télématique pourrait être remplacée par des polices tarifiant les automobilistes en fonction de la distance parcourue. « Cela ferait en sorte que les conducteurs pourraient simplement limiter leur conduite et payer pour ce dont ils ont besoin », explique M. Carey Evans.