Après dix ans à diriger les destinées de la Chambre de la sécurité financière, Luc Labelle a quitté le poste de PDG le 13 mars. Marie Elaine Farley, actuelle vice-présidente affaires juridiques et corporatives, assume les fonctions de M. Labelle, à titre de présidente intérimaire.« Après de dix ans à avoir eu le privilège et le plaisir de diriger la Chambre, il est temps pour moi de passer le flambeau. À ce stade-ci de ma carrière, je souhaite relever de nouveaux défis. Je sais que je laisse derrière moi une organisation efficiente et une excellente équipe de direction », a annoncé Luc Labelle.

En entrevue exclusive au Journal de l’assurance, M. Labelle, Mme Farley et Lyne Gagné, présidente du conseil d’administration de la Chambre, les trois dirigeants ont dit que le moment a été soigneusement choisi. « Nous commençons le plan stratégique triennal 2015-2017. J’ai donc jugé qu’il s’agissait d’un moment opportun pour quitter », a confié M. Labelle.

Pas d’autre poste en vue

Il n’a pas voulu préciser si une occasion s’était offerte à lui. « Je ne quitte pas pour un autre poste, a-t-il assuré. Le rôle de PDG de la Chambre requiert d’être engagé et visible. Il est impossible de faire des démarches parallèlement. Il faut gérer une telle transition en deux temps. »

Mme Farley prend en mains une relève bien préparée et soutenue, ont insisté les trois dirigeants. « Je travaillerai à la continuité. Je perds un grand partenaire et un leadeur, mais M. Labelle a pris le temps de préparer l’intérim. C’est un défi enthousiasmant et Luc laisse une culture de leadeurship derrière lui », a-t-elle dit. Mme Gagné a renchéri : « Luc a bien préparé les dossiers et une relève solide pour Marie Elaine avec toute l’équipe de gestion qui la soutient. »

M. Labelle a quitté la Chambre le 13 mars. Il demeurera toutefois accessible dans la foulée de la transition pour prodiguer des conseils à la nouvelle présidente et à son équipe. Mme Farley aura un soutien supplémentaire pour s’attaquer au plan triennal, récemment approuvé par le conseil d’administration. Elle rappelle que celui-ci met l’accent sur l’importance de la prévention et d’outiller les conseillers dans un environnement ou les exigences de conformité et de divulgation s’alourdissent sans cesse.

Mmes Gagné et Farley sont demeurées évasives sur la durée de l’intérim et si celui-ci pourrait se transformer en permanence. « Nous allons vivre cette transition et le conseil d’administration se penchera plus tard sur la recherche d’une personne pour remplacer M. Labelle », a précisé Mme Gagné. Durant cet intérim, Mme Farley conservera ses fonctions de vice-présidente aux affaires juridiques et corporatives.

Le parcours de Marie Elaine Farley


Marie Elaine Farley

Bien connue pour son rôle de vice-présidente affaires juridiques et corporatives à la Chambre de la sécurité financière, Marie Elaine Farley a aussi plusieurs autres réalisations à son palmarès, comme le démontre son parcours professionnel.

Membre du Barreau du Québec et diplômée de l’Université Laval en droit civil, Mme Farley possède plusieurs certifications en matière d’enquête, d’assurances et de valeurs mobilières décernées par des organismes canadiens et américains reconnus. Elle a chapeauté la réalisation du site Info-déonto, un outil de référence destiné aux membres de la Chambre et au grand public. Elle a récemment dirigé la création et la mise en place du premier cours obligatoire en conformité de la Chambre.

Mme Farley a été lauréate du prix Avocate de l’année, catégorie contentieux, décerné par l’Association du jeune Barreau de Montréal dans le cadre du gala Les leadeurs de demain. Elle a aussi été choisie parmi Les Incontournables du magazine Premières en affaires, qui dresse chaque année le portrait de huit femmes s’illustrant dans le domaine de la finance au Québec. Elle a aussi été finaliste aux Prix Femmes d’affaires du Québec.

Mme Farley siège depuis 2007 au comité de surveillance des fonds de placement du Barreau du Québec, qui agit sous l’égide de la Corporation de services du Barreau du Québec. Au cours des dernières années, elle a fait partie du groupe de travail constitué par l’ancien ministre des Finances Raymond Bachand visant à réduire la vulnérabilité des personnes ayant recours à une assistance dans la gestion de leurs biens et a aussi fait partie du Groupe de travail sur la protection des épargnants, mis sur pied par le Barreau du Québec et présidé par Claude Béland.

Au printemps 2014, la Ville de Montréal a nommé Mme Farley présidente du conseil d’administration de BIXI-Montréal, le nouvel organisme créé à la suite de la faillite de l’ancienne société. Ce nouvel organisme a le mandat d’opérer le système BIXI à Montréal et de lui faire des recommandations pour assurer la pérennité du service de vélo-partage à Montréal.

Le legs de Luc Labelle à la Chambre de la sécurité financière


Luc Labelle
Le passage de Luc Labelle à la tête de la Chambre de la sécurité financière aura été marqué de plusieurs réalisations. Le Journal de l’assurance les passe en revue.

Dans ses fonctions, M. Labelle a toujours défendu avec vigueur l’importance du principe d’autoréglementation de la profession par ses pairs ainsi que les compétences provinciales du Québec en ce qui touche la profession de conseiller en sécurité financière. Convaincu de la valeur du passeport et de l’harmonisation de la réglementation entre provinces, il a fait partie des plus farouches opposants à la création d’un organisme pancanadien unique de réglementation des valeurs mobilières.

M. Labelle a aussi proposé que la Chambre devienne l’organisme d’autoréglementation responsable d’encadrer les cabinets en épargne collective, plutôt que de laisser cette responsabilité au Mutual Funds Dealer Association (MFDA). Un dossier toujours en suspens d’ailleurs.

M. Labelle a promu le rôle et la visibilité de la Chambre auprès de ses membres et aussi du public. Il s’est investi aussi dans le rehaussement du professionnalisme des membres y voyant la meilleure protection des intérêts des consommateurs. Il a entre autres présidé au changement d’image de la Chambre et de son logo, ainsi qu’à des campagnes qui ont connu un grand retentissement auprès du public, tel le Bébé kung-fu et Bas de laine.

Une de ses réalisations demeurera sans doute la migration des sections régionales vers leur autonomie, au sein de la Corporation des professionnels en services financiers (CDPSF). Projet qui a pris forme en 2011, la migration a reçu une approbation de principe de la part de l’Autorité des marchés financiers au tournant de l’année.

« En dix ans, Luc a amené la Chambre beaucoup plus loin qu’elle ne l’était à son arrivée. Il souhaitait passer à autre chose et le moment était fort bien choisi tout au début d’un plan stratégique, a confié Lyne Gagné, présidente du conseil d’administration de la Chambre. Je veux le remercier au nom du conseil d’avoir mené la Chambre à plusieurs réalsiations. Nous allons maintenant prévoir la suite et les enjeux à travailler en priorité. Luc a laissé une équipe forte derrière lui et nous permet de mieux envisager le futur. »

Lors de son annonce du 25 février, Mme Gagné avait souligné que le travail acharné de Luc Labelle a en grande partie contribué à créer un organisme qui figure parmi les plus performants et les plus efficaces au Canada dans le domaine de la réglementation du secteur financier.

Luc Labelle se félicite d’un bilan au cours duquel la Chambre est devenue selon lui plus « innovante ». « La Chambre est en constante évolution et je remercie son conseil d’administration pour les occasions qu’il m’a données d’être partie prenante à ces changements », a-t-il déclaré. M. Labelle rappelle entre autres que la Chambre a été reconnue en novembre pour la qualité de sa gestion, avec une Mention des Grands Prix québécois de la qualité 2014, organisés par le Mouvement québécois de la qualité.