Les ventes d’assurance maladies graves en termes de nouvelles primes ont stagné en 2014 par rapport à 2013. Durant cette période, le nombre de polices en maladies graves a crû de 2 %. Les déboires du produit permanent ont entrainé cette faible croissance. « Les ventes d’assurance maladies graves en termes de nouvelles primes ont stagné. Les forts gains des produits renouvelables combinés à ceux plus modestes des produits à période limitée n’ont pas réussi à effacer le déclin des produits permanents », a révélé Rob Kanehl, responsable du récent rapport de LIMRA sur les ventes d’assurance maladies graves au Canada.

Les primes totales d’assurance maladies graves ont atteint 111,3 millions de dollars (M$) en 2014. Une croissance à peu près nulle par rapport à 2013.

Les produits temporaires renouvelables ont récolté 23 M$ des ventes pour une croissance de 7 %, durant la même période de comparaison. Les produits à période limitée en ont récolté 53 M$ pour une croissance de 2 %. Avec 35,3 M$ de nouvelles primes, les produits permanents ont connu un déclin des ventes de 7 %.

Selon M. Kanehl, le lancement de nouveaux produits, ainsi que les nombreuses augmentations de prix du produit permanent, ont contribué à éloigner les conseillers des produits permanents. Le réseau indépendant a été le plus grand vendeur de produits d’assurance maladies graves au Canada. Ce réseau a récolté une part des ventes de primes de 58 % en 2014, contre 42 % pour le réseau de carrière.

Le réseau de carrière a d’ailleurs vu ses ventes reculer de 2 % en termes de primes, en 2014 par rapport à 2013. Toujours en termes de primes, la croissance des ventes du réseau indépendant a été pratiquement nulle durant cette période de comparaison.

Bon an mal an, l’assurance maladies graves est passée d’une goutte d’eau dans l’océan à la fin des années 1990 à un marché de plus de trois quarts de milliard de dollars de primes en 2014. À 756,4 M$ l’an dernier, les primes d’assurance maladies graves en vigueur sont en croissance de 7 % par rapport à 2013. Pendant cette période, le nombre de polices en maladies graves en vigueur a augmenté de 8 %, pour atteindre 689 534.