La plupart des travailleurs canadiens croient qu’ils seraient plus heureux et en meilleure santé si leur employeur leur proposait un programme de bienêtre personnalisé, adapté à leurs besoins et à la santé de chacun, selon un nouveau sondage.

Le sondage, publié par RBC Assurances, indique également que 94 % des travailleurs canadiens sont plus susceptibles de travailler pour un employeur soucieux de leur santé et de leur bienêtre. Quelque 78 % disent que leur santé physique serait meilleure si un programme individualisé était mis à leur disposition, 73 % affirment que leur satisfaction au travail s’améliorerait, tout comme leur santé mentale (71 %) et leur productivité au travail (68 %).

En contrepartie de ce type de personnalisation, les trois quarts (76 %) des travailleurs canadiens seraient disposés à partager leurs informations et leurs objectifs en matière de santé et de bienêtre avec un assureur, révèlent les résultats du sondage.

Les forfaits d’avantages devraient offrir le choix

 « Le sondage met vraiment en évidence la valeur que donnent les travailleurs canadiens au fait d’avoir des choix pour leurs avantages et programmes personnalisés en ce qui touche leur bienêtre global, souligne Julie Gaudry, directrice générale principale, assurance collective, à RBC Assurances. Il est important pour les employeurs de concevoir un régime d’assurance collective qui tient compte des besoins de leur main-d’œuvre, surtout alors que de nouvelles générations entrent sur le marché du travail et que d’autres le quittent, car cela peut avoir une grande incidence sur le moral des employés et leur santé globale. »

Il peut être difficile pour les entreprises de motiver leurs employés à participer à des programmes de bienêtre. Selon le sondage, les trois principaux facteurs qui motiveraient les travailleurs canadiens sont les suivants :

  • Un programme de bienêtre sur mesure ciblant des objectifs précis en matière de santé (44 %) ;
  • Incitatifs et récompenses fondés sur les progrès (40 %) ;
  • Du temps à consacrer au bienêtre pendant les heures de travail (35 %).