Alors que Dame Nature cause de plus en plus d’intempéries, le Conseil canadien des responsables de la règlementation en assurance (CCRRA) se penche sur la façon dont les assureurs tarifient leurs risques. Les régulateurs disent remarquer des hausses dans les régions touchées par des évènements météorologiques violents.

« On veut bien comprendre comment l’industrie a évolué. On veut aussi s’assurer que le consommateur comprenne bien les protections qu’il a, pour ne pas qu’il pense qu’il est protégé contre un risque alors qu’il ne l’est pas. Cet enjeu touche aussi la conception des produits. On va entrer en contact avec les assureurs pour s’assurer de bien comprendre », dit Patrick Déry, surintendant à la solvabilité à l’Autorité des marchés financiers, mais aussi président du CCRRA.

Le CCRRA révise aussi le rôle que jouent les différents ombudsmans dans l’industrie. Un ménage s’est fait du côté des Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM). Le Conseil veut mener la même démarche en assurance.

L’assurance voyage est aussi sur l’agenda du Conseil. « On veut mieux comprendre l’offre dans ce segment, mais aussi son processus de réclamations. On veut se faire une tête sur certaines problématiques dont on nous a fait part. À partir des faits recensés, on proposera un certain nombre d’orientations. Nous documentons ce dossier en ce moment », dit-il.