La firme de notation S&P croit que les réassureurs peineront à couvrir le cout du capital en 2018 et 2019 avec leurs bénéfices, a-t-elle affirmé dans un rapport. En 2017, le secteur de la réassurance a enregistré son pire rendement du capital en plus de 13 ans, explique S&P. Celui-ci s’est établi à 1,2 %, soit 6,3 % sous le cout du capital du secteur.

La firme justifie ces résultats par la hausse des taux d’intérêt et la volatilité causée par les fortes pertes liées aux catastrophes. De plus, malgré l’optimisme des réassureurs, les hausses de taux lors des périodes de renouvèlement ont été plus modestes qu’espérées.

« La rentabilité des réassureurs est entravée par les pressions concurrentielles persistantes au sein du cycle de souscription en assurance de dommages et des faibles retours sur investissement », avancent les auteurs du rapport.

S&P estime que le rendement sur le capital s’élèvera entre 6 et 8 % d’ici la fin de l’année 2018. La hausse du cout du capital sera modeste et demeurera dans la fourchette de 7 à 8 %.

Les perspectives de notation en danger

Les perspectives de notation de S&P pourraient être négatives si la rentabilité de l’industrie se retrouvait en deçà du cout du capital. Actuellement, les perspectives mondiales sur la réassurance IARD sont stables en raison de l’adéquation du capital et les « fortes capacités de gestion de risques des entreprises ».

« Toutefois, nous ne considérons pas l’impact unique des pertes liées aux ouragans aux États-Unis comme reflétant les tendances à long terme pour ce type de pertes », précise S&P.