Assurance Economical accuse une perte de 3,8 millions de dollars (M$) au premier trimestre de 2019. Par rapport à la période correspondante de l’année précédente, l’écart s’est creusé de 2,6 M$. Il s’agit du huitième trimestre consécutif où Economical est dans le rouge.



« Nos résultats du premier trimestre ont été affectés négativement par des conditions hivernales exceptionnellement rigoureuses et par une augmentation significative des pertes liées aux catastrophes par rapport aux normes historiques du secteur. Malgré ces vents contraires, nous avons dégagé un ratio combiné amélioré pour le trimestre par rapport à l’an dernier. Nous nous concentrons sur la poursuite de l’exécution de nos plans ambitieux d’amélioration des bénéfices alors que nous nous préparons à la démutualisation et à notre premier appel public à l’épargne », affirme Rowan Saunders, président et chef de la direction d’Economical.

Malgré une perte nette plus élevée que celle du premier trimestre de 2018, le ratio combiné s’est amélioré. Celui-ci est passé de 109,9 % à 107,3 %, un gain de 2,6 %.

Hausse des primes, mais perte en souscription

Pour le trimestre terminant le 31 mars 2019, tant les primes brutes souscrites que les primes nettes acquises se sont améliorées. Les premières ont atteint 510,1 M$, une hausse de 39,3 M$ par rapport au premier trimestre de 2018, alors que les secondes se sont élevées à 594,3 M$ comparativement à 549,7 M$.

Cela n’a toutefois pas suffi à ce que l’assureur enregistre un bénéfice de souscription. La perte s’est chiffrée à 43,3 M$, alors qu’elle était de 54,6 M$ au premier trimestre de 2018. « Nos résultats de souscription se sont améliorés malgré des conditions hivernales particulièrement sévères et une hausse significative de pertes liées aux catastrophes comparativement aux normes historiques de l’industrie », soutient Economical.

« Nos actions significatives sur les taux, la sélection des risques, la sortie de secteurs d’activité non rentables et d’autres actions de souscription ont jeté les bases de l’avenir. Nous sommes heureux de constater que nos mesures tarifaires et nos investissements stratégiques continuent de générer de la croissance, tandis que l’impact de nos nombreuses opérations de souscription et de l’attention portée à la qualité du portefeuille devient évident dans nos résultats. Il y a encore du travail à faire, car nos actions de redressement continueront à se dérouler tout au long de 2019 », ajoute M. Saunders.

Sonnet prend du galon

Au premier trimestre, Sonnet, la filiale directe numérique d’Economical, a généré 34 M$ en primes en assurance des particuliers, une croissance de 66,7 % par rapport à la même période de l’année précédente. Les primes en assurance aux particuliers ont augmenté de 15 %.

L’assureur a tout de même enregistré une perte de souscription de 15 M$ dans le segment des particuliers, comparativement à un revenu de 7,5 M$ au 31 mars 2018. Le ratio combiné s’est situé à 108,4 %, incluant une incidence de 4,7 % liée aux investissements stratégiques dans Sonnet et dans la plateforme Vyne, dont le déploiement a été complété.

En assurance aux entreprises, les primes ont décru de 7,4 % par rapport à l’an dernier en raison « d’une combinaison d’annulations de courtiers, de mesures de tarification importantes et de la fermeture de secteurs d’activité non rentables ».

Le secteur a enregistré une perte de souscription de 6,6 M$, contre une perte de 23,9 M$ à pareille date l’année précédente.