Les gestionnaires de fonds ont vécu des moments difficiles lors du deuxième trimestre de 2014. La plupart ont échoué à battre le retour de leurs indices de référence respectifs.

Le plus récent Active Manager Report de Russell Investments, qui suit la performance de près de 150 gestionnaires de fonds, révèle que le retour médian des gestionnaires actifs pour le second trimestre (avant frais) était de 6,2 %, trainant derrière l’indice de 6,4% du S&P/TSX. Le rapport note que les gestionnaires « de croissance » performaient mieux que les gestionnaires « de défense » pour cette période, avec 50 % de leurs profits plus hauts que l’indice de référence, comparé à 41 % pour les gestionnaires de grands capitaux, 34 % pour les gestionnaires de valeur et 27 % pour le marché orienté des dividendes.

« C’était la première fois en un an que les gestionnaires de croissance avaient des taux de meilleure valeur que les gestionnaires de dividendes, a commenté Kathleen Wylie, directrice de l’égalité canadienne chez Russell Investments. Leur style était largement défavorisé à travers presque toute la crise financière, avec les gestionnaires de croissance accusant un retard sur ceux avec un style plus défensif dans tous les quarts sauf cinq depuis le troisième quart de 2008. Nous savons que les styles vont et viennent et que leur différence de performance peut, dans certaines périodes, être assez extrême. »