La récente étude menée par l'Institut des fonds d'investissement du Canada (IFIC) montre que les fonds communs continuent d'être l’option de placement préférée des Canadiens qui les achètent, pour la plupart, par l'intermédiaire d'un conseiller financier.

Selon cette enquête réalisée auprès de 1000 investisseurs, 87% des personnes interrogées affirment être confiantes quant à la capacité des fonds communs de placement de répondre à leurs objectifs financiers. Les actions individuelles, les certificats de placement garanti (CPG), ou les obligations ont seulement reçu l'approbation de 62%, 61%, et 55% des répondants.

L'enquête a également mis en évidence la confiance des consommateurs envers leur conseiller financier lors de leurs achats de fonds. Selon l’IFIC, 84% des investisseurs achètent leurs fonds communs de placement par l'intermédiaire d'un conseiller financier. Ils sont seulement 14% à les acheter directement en ligne. Qui plus est, ils sont 94% à faire confiance à leur conseiller pour bénéficier de conseils judicieux.

Le rôle crucial du conseiller

En fait, les conseillers sont la source préférée des consommateurs pour obtenir de l'information sur le produit. Lorsque l'on considère l'achat d'un fonds, 82% des investisseurs préfèrent en discuter avec un conseiller, 64% préfèrent lire le bulletin électronique d'un conseiller et 53% préfèrent consulter le site Web d'un conseiller. Cependant, ils sont 57% à désirer s’informer par le biais de médias traditionnels.

L’IFIC note également que les conseillers offrent leurs conseils à tous les types d’investisseurs. Ainsi, 40 % des acheteurs de fonds communs de placement avaient moins de 10 000 $ à investir quand ils ont commencé à bénéficier des services d'un conseiller, 58 % possédaient moins de 25 000 $.

« Lors de la dernière décennie, les investisseurs canadiens ont toujours exprimé une grande confiance dans la capacité des fonds communs de placement à répondre à leurs objectifs, plus que tout autre produit financier, déclare Joanne De Laurentiis, présidente et chef de la direction de l'IFIC. C’est pourquoi il est crucial que les politiques publiques et l’environnement réglementaire reconnaissent et soutiennent le rôle vital de notre industrie en aidant, à tous les niveaux, les investisseurs qui souhaitent assurer leur sécurité financière en bénéficiant notamment des services des conseillers financiers. »