Les conseillers indépendants ont surpassé le réseau des agences de carrière au premier trimestre dans leurs ventes d’assurance vie individuelle, en termes de nouvelles primes. Les captifs en ont fait autant, en ventes d’assurance maladies graves.

Des deux grands canaux de distribution, les indépendants ont légèrement devancé les agents captifs au chapitre des ventes d’assurance vie individuelle, selon des données de LIMRA. En termes de nouvelles primes, elles se sont appréciées de 2 % pour les indépendants alors qu’elles ont reculé de 1 % chez les agents captifs, au premier trimestre de 2015. 

L’avantage du canal indépendant vient principalement des efforts de deux réseaux spécifiques : les conseillers indépendants et les comptes nationaux.

Le premier est celui des conseillers indépendants non rattachés à un agent général. Il a le mieux performé dans le canal indépendant au premier trimestre, avec des ventes d’assurance vie individuelle en croissance de 9 % par rapport au premier trimestre de 2014. LIMRA précise toutefois qu’il s’agit du plus petit réseau parmi les indépendants, et que sa croissance a été le fait de ventes réalisées auprès d’une seule compagnie d’assurance. 

Les comptes nationaux constituent le réseau des firmes de courtage en valeurs mobilières de plein exercice. Ils ont vu leurs ventes d’assurance vie individuelle croitre de 6 % au premier trimestre de 2015, par rapport au premier trimestre de 2014. Ce réseau est le seul à avoir connu une croissance des ventes tant en vie universelle qu’en vie entière et temporaire.

Par contre, le réseau des agents généraux a vu ses ventes d’assurance vie individuelle reculer de 1 % au premier trimestre de 2015, par rapport au premier trimestre de 2014. Il s’agit d’un recul similaire à celui des agents captifs. Le recul des ventes de vie entière et de temporaire a entrainé ce déclin pour les deux réseaux.

Souvent appelés captifs, les conseillers du réseau des agences de carrière dominent toutefois au chapitre de la croissance des ventes en assurance maladies graves, toujours en termes de nouvelles primes. Celles-ci ont crû de 10 % au premier trimestre de 2015, par rapport au premier trimestre de 2014. Ce succès s’explique par les bons résultats qu’ont enregistrés les ventes du produit permanent, fer de lance de ce canal de distribution.

Chez les indépendants, les ventes d’assurance maladies graves ont crû d’un pourcent durant cette période de comparaison. Les efforts de ce canal de distribution ont été plombés par le recul des ventes du produit temporaire, qui représente une part importante des produits de maladies graves distribués par les indépendants.