Le début de l’année 2008 a été marqué par plus de 400 catastrophes naturelles, dont 300 reliées à des phénomènes météorologiques extrêmes. Celles-ci ont causé plus de 50 milliards de dollars (G$) US de dommages, pour des pertes assurables de 13 G$US.2008 pourrait ainsi battre le nombre record de catastrophes de 2007 selon Munich Re, qui attribue la responsabilité de cette hausse aux changements climatiques.

En comparaison, 960 catastrophes naturelles avaient frappé la planète en 2007, pour des pertes totales de 82 G$US. Les assureurs avaient dû couvrir un peu plus du tiers de ce montant, soit 30 G$US.

Les catastrophes naturelles ont aussi causé 150 000 décès en 2008, soit plus que durant les années 2005, 2006 et 2007 réunies. L’Asie a été particulièrement touchée avec le passage du cyclone Nargis en Birmanie (138 000 morts et disparus) et par le tremblement de terre ayant frappé la région du Sichuan, en Chine (69 200 morts et disparus).

Le désastre le plus coûteux depuis le début de l’année aura été celui du tremblement de terre du Sichuan, qui a causé des dommages de 20 G$US. Les assureurs devront couvrir 1,6 G$US de la note.

La Chine a aussi dû faire face à un hiver rigoureux, qui a causé des dommages de 10 G$US. Aux États-Unis, les inondations survenues en juin dans le Midwest américain et en Iowa auront causé des dommages de 10 G$US.

En plus du tremblement de terre du Sichuan, les événements les plus coûteux pour les assureurs auront été le passage de la tempête hivernale Emma en Europe et celui de tornades qui ont frappé les États-Unis en février. Pour couvrir les dommages causés par Emma, les assureurs ont dû débourser 1,5 G$US. Les assureurs américains ont quant à eux dû débourser 955 M$US pour couvrir les dommages des tempêtes de février.

Les dirigeants de Munich Re n’hésitent pas à attribuer cette hausse du nombre de catastrophes naturelles aux changements climatiques. Le réassureur ajoute que 2008 suit la tendance à long terme de la hausse des catastrophes reliées à la météo.

« L’adaptation aux effets des changements climatiques sera une manière de limiter de nombreuses pertes. De plus, la bataille contre les changements climatiques appellent de nombreux changements, qui doivent être vus économiquement comme des leviers de croissance », affirme Peter Höppe, directeur du département de recherche des catastrophes chez Munich Re.