Selon un sondage de Manuvie, un nombre croissant de Canadiens ne pensent pas qu'il est actuellement opportun d'investir dans leur maison, alors même que le prix des maisons continue de grimper.

Selon l'indice de confiance des épargnants Manuvie, la catégorie d'actifs « Investir dans sa propre maison » a perdu 4 points au cours des 6 derniers mois. Ce chiffre ne cesse d’ailleurs de baisser depuis mai 2014 et a perdu 9 points depuis.

Un objectif primordial pour 80 % des répondants

Alors que 80 % admettent que la propriété domiciliaire est leur objectif primordial, à peine 25 % des répondants qui sont actuellement locataires indiquent qu'ils songent à acheter une maison au cours des 12 prochains mois.

« Les Canadiens affirment qu'être propriétaires d'une maison est une priorité pour eux, mais ils ne sont pas prêts à investir dans une habitation à l'heure actuelle, explique Kevin Headland, stratège principal des placements, Investissements Manuvie. Les épargnants sentent peut-être que le moment se prête mal à un placement du genre. Bien des marchés immobiliers bourdonnent d'activité ces temps-ci, ce qui rend difficile l'achat d'une maison, même si c'est une priorité pour les Canadiens. Certains s'inquiètent de voir leur placement dévaluer s'il fallait que la bulle immobilière éclate. »

Prix élevé des propriétés

Près du quart (23 %) des Canadiens estiment que le moment n'est pas propice à l'achat d'une maison. Pour justifier leur réponse, ces répondants évoquent le prix élevé des propriétés (72 %), la volatilité du marché immobilier (32 %) et une situation personnelle (financière) qui ne leur permet pas d'envisager avec confiance l'achat d'une maison (20 %).

En revanche, plus du tiers (35 %) des Canadiens croient que le moment est tout indiqué pour acheter une maison. Ces répondants fondent leur réponse sur la faiblesse des taux hypothécaires (71 %) et sur le caractère sécuritaire d'un placement immobilier (45 %).