Les assureurs vie américains devront trouver des actifs à plus haut rendement pour maintenir une profitabilité opérationnelle et pour gérer la compression des écarts, selon ce que rapporte la firme de notation A.M. Best.

Pour aider à contrecarrer les effets des faibles taux d’intérêt, certains assureurs vie se concentrent à réduire les risques de leurs produits. Ceci inclut de discontinuer, retarifier des produits ou de retirer l’accent sur certains secteurs d’activité, particulièrement ceux qui sont sensibles aux taux d’intérêt.

Par ailleurs, d’autres assureurs vendent leurs actifs dévalorisés, augmentent quelque peu le risque en investissant dans des fonds qui se trouvent plus bas sur l’échelle de crédit ou ont allongé la durée de leurs investissements dans l’espoir de générer plus de rendements. De plus, certaines organisations ont décidé d’augmenter les allocations pour les prêts hypothécaires commerciaux pour profiter des rendements qui augmentent petit à petit en comparaison aux obligations de même durée.

De faibles taux d’intérêt comme talon d’Achille

A.M. Best affirme que les faibles taux d’intérêt ont été, et demeureront, un obstacle important pour les assureurs vie alors que les organisations continuent d’investir de nouveaux capitaux et les revenus d’actifs à haut rendement matures dans de nouveaux actifs aux taux courants.

Selon le rapport, les assureurs dépendent des revenus d’investissements, et bien que ces revenus soient en hausse, c’est principalement à cause d’une base d’actifs en croissance constante. Toutefois, les rendements, particulièrement les portefeuilles d’obligations, ont continué à diminuer.

Les obligations toujours au premier rang des portefeuilles

Les obligations représentent une grande partie des revenus d’investissement des assureurs vie aux États-Unis, représentant près de 75 % des portefeuilles. Les hypothèques demeurent la deuxième plus grande partie, soit environ 10 % du portefeuille de l’industrie agrégée.