Les Canadiens avaient investi près de 75 milliards $ en fonds distincts à la fin de 2007. L’actif sous gestion pour l’ensemble du secteur a progressé de 8,7 % depuis la fin de 2006, alors que les taux de croissance sur trois et cinq ans et le taux annuel composé se situaient tous à environ 14 %.Les fonds distincts représentent un domaine fortement concentré du secteur des services financiers. En effet, les trois principaux joueurs détiennent plus de 68 % du marché. Si Great-West (dont les résultats incluent les ventes de London Life et de Canada Vie) est toujours en tête, elle marque des signes d’essoufflement depuis les quelques dernières années. En 2005, la compagnie d’assurance monopolisait 31,3 % du marché. Sa part a toutefois glissé à 30,6% en 2006 et a reculé à nouveau en 2007 pour s’établir à 30,2 %.

Par contre, la Financière Manuvie, la Financière Sun Life, et L’Industrielle - Alliance, qui viennent respectivement au deuxième, troisième et quatrième rang, ont toutes réussi à accroître leur présence sur le marché canadien l’an dernier en raison, principalement, du lancement de produits assortis d’une garantie de retrait minimum. Transamerica Vie Canada qui est bonne cinquième n’a pas aussi bien tiré son épingle du jeu, perdant tout un point de pourcentage de sa part de marché.

Il reste à voir comment le présent effondrement du marché influera sur les ventes futures de fonds distincts.

Jim Gibson, directeur du marketing en gestion du patrimoine à l’Empire Vie, croit que les produits qui gèrent le risque connaîtront une nouvelle vigueur au cours des prochaines années. « C’est de très bon augure pour les fonds distincts dont le capital est garanti au décès et à échéance et qui permettent en plus de réinitialiser ces garanties. »

Geraldo Ferreira, vice-président de la gestion et de l’expansion des produits d’investissement d’AEGON Gestion de fonds et Transamerica Vie, affiche un optimisme prudent. Il souligne que, lors des replis précédents du marché, par exemple ceux de 2002 et de 2003, les ventes des fonds distincts ont seulement ralenti alors que les retraits des fonds communs de placement augmentaient et que les ventes montraient un rendement négatif. La volatilité actuelle, combinée à une demande de sécurité qui s’explique par le vieillissement des baby-boomers, pourrait être bénéfique aux fonds distincts. « J’ai l’impression que les fonds distincts gagneront en popularité, a-t-il dit. Même si je ne crois pas qu’ils remplaceront les fonds communs de placement, je suis convaincu qu’ils se tailleront une place plus importante sur le marché. »