Quel est le meilleur conseil que vous donneriez à un conseiller qui commence dans le métier?
C’est Confucius qui a dit : « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie. »Quel est le meilleur conseil que vous donneriez à un conseiller qui commence dans le métier?
C’est Confucius qui a dit : « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie. »
J’ajouterais à cela que le travail que l’on aime doit aussi être un travail rémunérateur et dans lequel on excelle. Même lorsqu’on en est à ses premières armes dans le métier, c’est là le secret du succès. Trouvez cette chose que vous aimez particulièrement faire, que vous faites bien et qui paie bien. Il faut réunir ces trois facteurs pour avoir du succès.
Vous aurez en effet du succès le jour où vous aurez réussi à vous imposer comme une référence dans un domaine qui intéresse les clients potentiels. Et qui sont ces clients potentiels? Tout simplement ceux sur lesquels vous avez une influence naturelle. Soyons honnête : nous avons tous des clientèles cibles auprès desquelles nous faisons mieux.
Votre choix de clientèle est en fait la plus importante de toutes les décisions que vous aurez à prendre. Voyez où vous parvenez le mieux à faire sentir votre influence et allez-y. N’essayez pas d’en faire trop pour trop de gens à la fois. Vous ne pouvez pas tout faire pour tout le monde.
Choisissez-vous un domaine de compétence et un public. Ensuite, créez un ensemble de produits simples qui conviennent à ce public. Gardez le tout très simple et faites que les clients comprennent aisément votre travail et quels avantages cela représente pour eux.
L’idée, c’est de parler d’eux, pas de vous. Obtenez toute l’information nécessaire pour leur proposer quelque chose de personnalisé. Et présentez votre offre en vous mettant dans la tête de votre public.
Soyez une autorité dans votre domaine. Organisez-vous pour tout savoir des produits que vous offrez et des gens à qui vous en parlez. Le succès viendra tout naturellement si vous proposez votre programme à un grand nombre de clients potentiels.
Une telle démarche se gère, se motive et s’alimente presque en clients de façon autonome. Quand on fait ce qu’on aime, on n’a pas à se forcer. Et quand votre nom se met à circuler comme étant celui de la personne de la situation, le téléphone sonne! Combien de temps faut-il pour y arriver?
Lorsque je faisais mes débuts comme conseiller en rendement, j’ai posé exactement cette question à un très grand expert. Il m’a alors demandé depuis combien de temps j’étais dans le domaine. Trois ans, ai-je répondu. Il m’a dit qu’il me faudrait au moins cinq ans avant d’être en pleine possession du métier. Certaines personnes en prennent dix.
Ce n’est pas la réponse que je voulais. J’aurais voulu qu’il me dise que tout changerait « demain ». Peut-être que c’est aussi votre cas. Il me semblait complètement fou de devoir attendre encore sept ans. Mais cet homme avait raison. Voilà maintenant environ huit ans de cela, et je comprends ce qu’il voulait dire.
On disait autrefois que celui qui parvenait à rester cinq ans dans le métier était sauvé. Ça reste vrai. Cela ne veut pas nécessairement dire que vous serez dans la dèche tout ce temps. Il faut plutôt comprendre que « vous serez en affaires » durant cinq ans avant que « les affaires soient en vous ».
Notre métier n’en est pas pour le moins magnifique et riche en découvertes! À vous de le savourer.