Selon Aon, 17 pays posent un risque politique plus élevé qu’il y a un an. Par contre, six pays ont vu leur indice de risque diminuer en 2017. Un total de 46 pays ou territoires ont désormais un niveau élevé ou sévère de l’indice de risque, ce qui représente 22 % du total mondial.

Aon a publié les résultats sous forme de cartes des risques, qui ont été conçus en partenariat avec Continuum Economics et The Risk Advisory Group. Les cartes couvrent le risque politique, le terrorisme et la violence politique. Elle rend compte des risques changeants pour les entreprises et les pays à l’échelle des marchés émergents et des marchés frontière.



Augmentation du terrorisme

Le nombre d’attaques terroristes dans les pays occidentaux en 2017 s’est élevé à 204. Aon rapporte que ce chiffre a presque doublé en comparaison à l’année précédente.

Toutefois, la menace que constitue l’État islamique a cessé de se propager, selon les résultats. En 2017, le groupe terroriste a perpétré des attaques dans 29 pays, sur 5 continents, ce qui correspond au même nombre de pays qu’en 2016. Aon croit que la portée mondiale du groupe a atteint son pic et que le nombre d’attaques diminuera en 2018.

Le secteur du tourisme doit particulièrement gérer les risques que représente la hausse du terrorisme puisqu’il constitue une cible « attrayante » pour certaines organisations terroristes, rapporte Aon. En 2017, au moins 35 attaques dans le monde ont directement ciblé des secteurs commerciaux, comme des hôtels, des boites de nuit et des attractions touristiques.



« Les entreprises exerçant leurs activités à l’échelle internationale doivent avoir les solutions appropriées en place pour atténuer et transférer le risque », affirme le chef de la gestion des propriétés, des victimes et des crises, Centre de courtage mondial d’Aon, Mark Parker.

Risque politique

L’an dernier, le risque politique a augmenté dans 11 pays. Aon attribue cette augmentation aux changements climatiques et au choc des prix des produits de base qui ont affaibli les positions financières. « Cette situation montre la persistance du risque politique partout dans le monde », indique le rapport.

Les liens commerciaux des pays asiatiques se sont éloignés des États-Unis et rapprochés de la Chine. Les exportations asiatiques vers les États-Unis ont reculé, passant de 23 % des exportations totales en 2000 pour se stabiliser à environ 12 % au cours des dernières années. Les exportations de l’Asie vers la Chine ont quant à elles plus que doublé lors de la dernière décennie.

L’Afrique est la région qui a connu le plus de déclassements. Les risques en Amérique latine ont aussi augmenté en raison d’instabilité politique.