Canicule extrême en Europe. Tremblement de terre en Californie. Inondations en Sibérie. La semaine n’a pas été de tout repos pour notre Planète Terre…

Quand votre métier est de couvrir les aléas de la température, la semaine qui se termine en aura été une couteuse pour les assureurs de par le monde. Aon a fait le survol des cataclysmes qui ont sévi sur tous les continents cette semaine et de ses impacts sur les assureurs et sur l’économie en général.


Funeste canicule

Depuis le 24 juin, l’Europe a chaud. Plus de 321 millions de personnes sont sous une chaleur extrême depuis cette date et 13 personnes en sont mortes jusqu’à maintenant. Juin 2019 a d’ailleurs été le mois le plus chaud jamais enregistré sur la planète. Une pointe de 45,9 degrés Celsius a été enregistrée à Gallargues-le-Montueux, dans le sud-est de la France, un record national de chaleur.

Les assureurs devront-ils débourser des sous pour couvrir les dommages liés à cette canicule. Oui, affirme Aon, bien qu’il soit trop tôt pour dire combien. Les experts d’Aon s’attendent toutefois à ce que des réclamations émergent de la France, de l’Autriche, de la Hongrie, de la Roumanie et de la Slovaquie.

Les anomalies de température enregistrées en Europe du 25 au 29 juin 2019

Source : World Meteorological Agency


100 M$ de dommages aux États-Unis… encore une fois !

Une semaine normale aux États-Unis en est maintenant une où les dommages liés aux catastrophes naturelles avoisinent les 100 millions de dollars. Ce fut de nouveau le cas cette semaine, alors qu’un phénomène météorologique surnommé le Ring of fire a causé des orages violents pendant deux jours dans le centre et l’est des États-Unis. De la grêle grosse comme des balles de baseball a été observée dans les plaines américaines.

Les tempêtes enregistrées aux États-Unis du 29 juin au 2 juillet 2019

Source des données : National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA)
Graphique : Impact Forecasting (Cat Insight)


Un tremblement de terre s’ajoute

Comme si ce n’était pas suffisant, nos voisins du sud ont subi un tremblement de terre de magnitude de 6,4 sur l’échelle de Richter, près du désert de Mojave en Californie le 4 juillet, jour de fête nationale. Les dommages ont été mineurs et la facture des assureurs devrait être sous la barre des 100 millions de dollars.

Les tremblements de terre de magnitude 6.0 enregistrés en Californie depuis 1900

Source des données : United States Geological Survey (USGS)
Graphique : Impact Forecasting (Cat Insight)


Inondations au nord

La Sibérie est reconnue pour ses températures froides. Pas nécessairement pour y recevoir des pluies torrentielles. C’est pourtant ce qui est arrivé à compter du 27 juin. Ces pluies torrentielles ont causé des inondations, touchant 9 200 habitations. Le cout économique est estimé à 457 millions de dollars.


Ailleurs dans le monde

D’autres catastrophes ont touché la planète :

  • Le Japon aussi a été aux prises avec des inondations, endommageant 232 habitations sur sa côte sud, forçant de plus l’évacuation de 1,1 million de personnes, vu le risque de glissement de terrain.
  • En Inde, des pluies torrentielles ont frappé l’est du pays entre le 28 juin et le 4 juillet. Les dommages se chiffrent en millions de dollars, vu les dommages causés aux infrastructures routières, ferroviaires et du transport aérien. Sans compter les 77 personnes décédées…
  • En Chine, une tornade a touché le nord-est du pays le 3 juillet. Celle-ci a fait lever de terre des arbres et des pylônes électriques. Plus de 4 000 maisons ont été endommagées ou détruites. Aon a pris le temps de souligner que cette région est très rarement touchée par des tempêtes de vent.
  • Toujours en Chine, un tremblement de terre de magnitude 5,2 a touché la région du Sichuan. Les dommages y ont été modérés si on les compare au tremblement de terre dévastateur qui avait frappé cette région en 2008… Néanmoins, on y rapporte la mort de 13 personnes, ainsi que des glissements de terrain.
  • Finalement, Aon rapporte une dernière catastrophe au Mexique. La ville de Guadalajara a fait face à un vaste orage le 30 juin. Celui-ci a causé de la grêle et de la forte pluie. Ce mélange a toutefois créé des blocs de grêle hauts parfois de 150 centimètres, endommageant voitures et bâtiments.