Le peu de catastrophes d’envergure vécues par le Canada fait en sorte que ce problème passe sous le tapis. Il s’agit là d’un grave problème pour la société canadienne, fait remarquer le réassureur Swiss Re.
« Le danger est pourtant bien là, a affirmé Andrew Castaldi, directeur de la section Amérique de la division périls catastrophiques de Swiss Re, lors d’un webinaire tenu en début d’année. Plusieurs assureurs se fient encore à de vieilles technologies qui ne reflètent plus le portrait réel. Le risque de catastrophes majeures au Canada est devenu une faible priorité pour bien des développeurs de modèles catastrophiques. Pourtant, un tel évènement pourrait survenir du jour au lendemain ».

Ce n’est pas que le Canada ne vit pas de catastrophes naturelles, bien au contraire. Mais aucune n’a eu une vaste magnitude. « Les assureurs n’y portent donc pas attention comme ils le devraient. Chaque évènement qui est survenu au cours des dix dernières années, au Canada, a pourtant amené son lot de surprises. Si quelque chose de vraiment gros arrive, quelle sera la surprise? », avertit M. Castaldi.