Le Bureau d’assurance du Canada (BAC) se réjouit de l’annonce de la Ville de Montréal qu’elle augmentera les sommes allouées à la réfection des infrastructures souterraines et à l’amélioration des services d’eau et de voirie.

Le BAC indique que l’augmentation de la fréquence des évènements météorologiques extrêmes des dernières années a révélé la fragilité des infrastructures à certains endroits. Il souligne aussi que la défaillance des infrastructures municipales est à l’origine de 60 % des dommages causés par l’eau. « Les 40 % restants sont dus, pour leur part, à des infiltrations ou à des bris de tuyauterie ou d’appareils sanitaires à l’intérieur des résidences », ajoute le BAC.

Réduire le nombre de sinistres

« Les actions de la Ville de Montréal contribueront certainement à réduire le nombre de sinistres et à améliorer ainsi la qualité de vie de ses résidents. En faisant de la réfection des infrastructures souterraines vétustes une de ses priorités, la Ville de Montréal envoie le signal qu’elle comprend l’urgence d’agir afin de s’adapter à notre réalité climatique d’aujourd’hui et de demain », affirme la vice-présidente, Québec du BAC, Johanne Lamanque.

Selon le BAC, les dommages causés par l’eau sont depuis une dizaine d’années, la première cause de réclamation en assurance habitation. Au Québec, plus de 500 millions de dollars sont déboursés chaque année pour couvrir de tels dommages.