Marie-Thérèse Dugré, PDG de Solareh, insiste sur l'importance pour le conseiller de choisir les clients qu'il pense pouvoir aider. « Être partenaire du client entrepreneur, c'est vendre du régime de protection, mais aussi aider les gestionnaires de ressources humaines à administrer les garanties collectives pour en gérer les couts. Il faut savoir lire l'information fournie par l'expérience du groupe pour connaitre l'état de santé globale de l'entreprise, poser le diagnostic et suggérer une solution », dit la PDG de Solareh.Elle donne en exemple le cas d'une entreprise manufacturière comptant 67 employés. Les réclamations de médicaments et les consultations auprès de psychologues y avaient grimpé de manière notable en une seule année.

Le conseiller a séparé les réclamations faites par les employés (85 % du volume) et les personnes à charge. Il a noté la hausse des réclamations du côté du personnel féminin et distribué les résultats en fonction des strates d'âge. Huit personnes étaient en invalidité, dont une pour une absence de longue durée. Le conseiller a aussi constaté 3 autres absences de 17 semaines reliées à un problème d'ordre psychologique.

À force de questionner l'employeur, le conseiller apprend que ce dernier a des problèmes familiaux, qu'il peine à se remettre en question et se sent coupable de ne pas intervenir pour améliorer le climat de travail. « Il a raison d'avoir peur, car l'employeur est légalement responsable d'offrir un milieu de travail sain et sécuritaire pour ses employés », dit Mme Dugré. Dans cette entreprise, les moyens suggérés ont été l'amélioration du programme de santé et mieux-être et l'adoption d'une politique touchant le harcèlement psychologique.

Autre exemple : un conseiller financier travaillant pour une entreprise manufacturière de 53 employés y a noté une baisse des réclamations de médicaments, mais une hausse des soins paramédicaux en santé psychologique. Après analyse, il apprend que l'employeur a offert des formations sur la gestion du temps et du stress, a favorisé la conciliation travail-famille et a fait suivre des cours à ses gestionnaires en matière de dépistage précoce des problèmes de santé psychologique.

Mme Dugré rappelle que le programme d'aide aux employés doit prévoir un nombre d'heures suffisant pour intervenir efficacement, minimalement 8 heures de consultation par employé qui consulte, estime-t-elle. Pour certains types de problème, l'intervention peut être faite par téléphone, mais les rencontres face à face sont préférables, à défaut de quoi, celles par vidéoconférence sécurisée peuvent être une option.

De la même façon qu'on choisit un emploi pour la qualité de l'employeur, la personne qui quitte son travail le fait à cause de son supérieur immédiat, dit-elle. En ayant la conscience éclairée du fait qu'une entreprise en santé a plus de chance de créer une place où chacun peut collaborer en toute confiance et sécurité, le progrès est immédiat. L'employé qui évolue dans un environnement sain peut ainsi augmenter sa productivité grâce à une plus grande vitalité, ce qui influence son efficacité et, ultimement, résulte en une meilleure profitabilité, conclut-elle.