La concentration en assurance de dommages au Canada et au Québec s’essouffle. Les dix joueurs dominants au pays ont vu leurs parts de marché reculer de un pourcent en 2006. Au Québec, le recul des dix premiers assureurs est de 1,5 %.
Au Canada, les dix joueurs dominants ont vu leurs parts de marché passer de 56,3 à 55,5 %. Au Québec, cette proportion est passée de 70,7 à 69,1 %.

Au Canada, quelques changements sont à observer au sein du top dix. ING Canada, Aviva, le Groupe Co-Operators et le Groupe Economical conservent les quatre premières places. Meloche Monnex ravit la cinquième place à Northbridge, grâce à une croissance de son volume de primes de 7,4%, qui est la meilleure des assureurs faisant partie du top dix des assureurs au Canada.

Wawanesa ravit la septième place à AXA Canada, qui affiche une décroissance de 7 % en 2006. AXA avait affiché une croissance fulgurante de 34,1 % en 2005, sous la foulée d’acquisitions.

Royal Sun Alliance prend la neuvième position du classement au détriment de Desjardins Groupe d’assurances générales, qui est exclut du top dix cette année. Royal Sun Alliance a enregistré une croissance de 5,1 %, lui permettant de mettre un frein aux reculs enregistrés lors des trois années précédentes. State Farm maintient sa place parmi les dix assureurs dominants au Canada, grâce à une croissance de 3,1 %.

Au Québec, peu de changements sont à noter au sein du top dix. ING, Desjardins et AXA se maintiennent sur le podium. Le Groupe Promutuel franchit le cap du demi-milliard pour son volume de primes, ce qui lui permet de ravir la quatrième place du classement à Aviva. Le Groupe Economical fait son entrée dans le top dix au Québec au détriment de Northbridge, grâce à la croissance de 2,34 % de sa filiale Missisquoi.

Les assureurs à courtage s’essoufflent au Québec

Au Québec, les trois principaux assureurs à courtage semblent s’essouffler. ING affiche une décroissance de 0,8 % au Québec, tandis qu’AXA affiche une baisse de 7 %. De son côté, Aviva fait du surplace avec une croissance de 0,6 %. Co-Operators affiche néanmoins une croissance de 6,26 % au Québec, grâce à la performance de sa filiale l’Union Canadienne, qui affiche une progression de 7,8 %.

D’autre part, les trois principaux assureurs directs présents au Québec semblent avoir le vent dans les voiles. Desjardins affiche une croissance de 2,3 %, tandis que Promutuel en a une de 4,4 %. La croissance de la Capitale Groupe financier grimpe de 7,8 % et en avait affiché une de 4 % en 2005. De plus, BélairDirect, la filiale directe d’ING, affiche une croissance de 11 %.Au Québec,

AIG Canada a réussi à mettre un frein à la saignée enregistrée depuis deux ans, affichant une croissance de 2,8 % en 2006. Au cours des deux dernières années, AIG avait vu son volume fondre de 15 %.

Certains assureurs affichent plus de difficultés au Québec. Lloyd’s voit son volume fondre de 5,7 %, malgré une croissance de 9,7 % au Canada. Chubb vit la même situation, avec un recul de 5,8 % au Québec, mais une progression de 2,8 % au Canada. Même phénomène chez Travelers, qui affiche une décroissance de 8,4 % au Québec, mais affiche une croissance de 1,8 % au Canada.

Kingsway vit quant à lui la situation inverse. L’assureur affiche une croissance de 4,1 % au Québec, mais chute de 9,6 % au Canada. All State réussit à reprendre du galon au Canada avec une croissance de 4 %, mais affiche une faible croissance de 0,4 % au Québec. Pour une troisième année consécutive, Optimum continue à faire du surplace, affichant une croissance sous la barre de 0,5 % au Canada et au Québec en 2006.

Pour une deuxième année consécutive, RBC Assurances continue sa fulgurante percée au Québec et affiche une croissance de 18,8 %. En 2005, RBC affichait une progression de son volume de primes de 9,2 %.