Alors que les taux d’intérêt n’ont cessé de baisser ces dernières années en Europe jusqu’à atteindre un niveau proche de zéro l’année dernière, Standard & Poor's pense que l’environnement de taux bas constitue un risque majeur pour les assureurs vie européens, au moins pour les années à venir.

L’Allemagne, l'Autriche, la Belgique, les Pays-Bas, la Norvège, le Danemark, la Finlande, la Suisse et la Suède figurent parmi les pays possédant des garanties d'épargne plus élevées, tandis que la France et l'Italie ont tendance à offrir des garanties à long terme plus faibles. Les entreprises britanniques ont déplacé leur risque d'investissement sur les assurés pendant un certain temps. Les assureurs britanniques sont donc assez faiblement exposés au risque de taux.

« Le potentiel de rentabilité et la gestion des fonds propres des assureurs les plus exposés aux taux continueront de baisser graduellement. Ceci pourrait entraîner des évaluations négatives dans les prochaines années », commente l'analyste de crédit de Standard & Poor's Lotfi Elbarhdadi. Toutefois, l’agence affirme ne pas s’attendre à ce qu’une grande partie des compagnies notées soient en danger.

Cependant, la vulnérabilité des assureurs aux taux bas diffère selon les marchés et les assureurs. Pour diminuer cette menace, les régulateurs et assureurs ont réagi, mettant en place plusieurs mesures. En France, par exemple, les assureurs ont réduit leurs taux crédités de 30 bps en moyenne en 2015, et ont augmenté de 20 à 50 bps leurs provisions pour participation aux bénéfices en 2014. Standard & Poor's  s’attend donc à ce que les assureurs français continuent de réduire leurs taux crédités à un rythme similaire en 2015 et 2016.

La capacité des assureurs vie à s’adapter aux taux bas dépendra beaucoup de la manière dont ils ajusteront leur équilibre risque-rendement et s’adapteront aux dynamiques de marché.