Le 1er janvier, Humania Assurance a porté à 100 % la part de ses actions votantes et à 80 % la part de ses actions participantes dans le cabinet Pro Vie assurances. L’assureur complète ainsi la réorganisation qui avait suivi le départ du fondateur de Pro Vie, Raymond Dostie, et la prise de sa direction par Christian Laroche.gagnon_richard_articlePDG d’Humania Assurance, Richard Gagnon a confié au Journal de l’assurance que la transaction ne fait pas grand différence. « Notre point de vue était déjà incontournable avec 50 % des actions votantes, a-t-il dit en entrevue. Les chiffres changent, mais dans les faits, notre poids demeure le même qu’il y a cinq ans. » Le départ de Raymond Dostie et le changement de direction en faveur de Christian Laroche rendaient nécessaire une réorganisation du capital de Pro Vie, a ajouté M. Gagnon.

Humania Assurance avait effectué un dépôt dans le cadre de cette transaction en 2014. Avant le 1er janvier, elle détenait 50 % des actions votantes et 45 % des actions participantes de l’agent général Pro Vie assurances. Les détails figurent dans les états financiers 2014 déposés lors de l’assemblée générale annuelle d’Humania le 26 mars, sous le point Placements dans des entreprises associées.

L’augmentation de la participation d’Humania ne change rien non plus à l’indépendance du cabinet, insiste M. Gagnon. « Nous sommes leur partenaire depuis 15 ans et Pro Vie opère de façon indépendante comme tous nos autres partenaires de distribution. Il traite avec tous les fournisseurs, a-t-il précisé. L’assureur qui prendrait cette approche pour influencer la production du cabinet en sa faveur et au détriment des autres fournisseurs fera fausse route. »

L’intérêt primordial pour Humania de financer un cabinet est de s’assurer de la solidité du réseau de courtage. « Nous privilégions la distribution par le réseau de courtage. Nous avons intérêt à ce que le réseau soit financièrement solide et bien organisé. Nous sommes heureux si notre présence aide un cabinet à prendre un virage et se consolider », dit M. Gagnon.

Il s’est dit aussi très sensible aux exigeances vécues par les cabinets, notamment liées à la conformité. Humania Assurance a déjà effectué d’autres démarches de financement auprès de distributeurs, notamment un cabinet de l’Outaouais dont le propriétaire était décédé subitement, a revélé M. Gagnon.

En 2014, Humania Assurance détenait 934 000 $ en actions et 578 000 $ en prêts, pour un total de 1,5 M$ dans le cabinet Pro Vie assurances. L’actif total du cabinet se chiffrait alors à près de 2 M$.

L’assemblée annuelle a aussi été l’occasion pour Humania de révéler l’ampleur de sa percée hors Québec, où l’assureur a réalisé 30 % de ses ventes d’assurance individuelle en 2014. La signature récente de trois partenariats de distribution hors Québec compte beaucoup dans cette croissance, a révélé Richard Gagnon. Il s’agit de Financière Hub, PPI Solutions et Financial Horizons, a-t-il précisé.

Du même coup, Humania Assurance a renforcé son équipe sur le terrain. Richard Gagnon a nommé en début d’année Jason Broadfoot au poste de directeur régional pour la Colombie-Britannique, et Brian Paivo comme représentant aux ventes pour l’Ontario. M. Paivo se joint à Michael J. Suska, directeur national des ventes depuis quelques années à Toronto.

M. Broadfoot a œuvré comme conseiller aux ventes pendant plusieurs années, notamment pour RBC Assurances et Desjardins Sécurité financière pour l’Ouest canadien. M. Paivo œuvrait jusqu’à tout récemment comme directeur de compte auprès de Benecaid Health à Toronto. L’embauche d’une personne pour diriger les activités de l’assureur en Alberta est imminente, a ajouté M. Gagnon. « Nous sommes à la toute fin du processus de recrutement. »