Les dispositifs d’immobilisation conformes à la norme canadienne, prônée par le BAC, doivent répondre à trois critères.Ils doivent s’armer automatiquement 30 secondes après l’arrêt du moteur. Le dispositif doit être codé pour que seule la clé autorisée puisse faire démarrer le véhicule et compter au moins 50 000 combinaisons.

L’armement des dispositifs d’immobilisation doit couper trois circuits selon le BAC. Transports Canada demande qu’il en coupe deux, ce qui est conforme à la norme européenne.

Transports Canada juge les normes équivalentes. Le BAC croit que la norme européenne est « considérablement plus relâchée » que la norme canadienne.