Le Mouvement Desjardins a déposé une demande à l’Autorité des marchés financiers pour pouvoir émettre des obligations pouvant totaliser jusqu’à cinq milliards d’euros (G€) ou l’équivalent en d’autres devises. Le régulateur a autorisé l’émission d’une première phase à hauteur d’un milliard de dollars américains (G$US). Joint par le Journal de l’assurance, le mouvement coopératif affirme qu’il agit ainsi pour diversifier ses sources de liquidités.

La demande à l’Autorité a été faite par l’entremise de la Caisse centrale Desjardins. Dans un avis rendu public par l’Autorité, Desjardins dit vouloir « accroître ses sources d’approvisionnement en liquidités et en faire bénéficier l’ensemble des membres de son groupe ». C’est la Caisse centrale qui émettra les obligations. Elle se verra remettre des caisses participantes un portefeuille d’hypothèques, lequel servira d’actif pour garantir les obligations vendues sur les marchés européen et américain.

Le montant demandé par Desjardins représente près de sept milliards de dollars (G$) canadiens. André Chapleau, porte-parole du Mouvement, précise toutefois qu’il s’agit d’une limite et que Desjardins peut jouer à l’intérieur. À titre d’exemple, il souligne que Desjardins disposait d’une telle permission pour lever 2 G$ de capitaux aux États-Unis il y a quelques années, mais que seulement 800 millions de dollars avaient finalement été offerts sur le marché obligataire américain. L’avis de l’Autorité précise que l’émission des obligations se fera en plusieurs phases.

M. Chapleau précise aussi que ce n’est pas la première fois que Desjardins procède de cette façon pour recueillir des capitaux. Il affirme que Desjardins a levé pour 6 G$ de capitaux sur différents marchés en 2010, dont les États-Unis et l’Europe. L’été dernier, Desjardins est d’ailleurs allé chercher 1 G$ aux États-Unis.