ClicAssure ne vendra pas d’assurance. L’entreprise compte toutefois aider courtiers et agents moins ferrés en technologie à profiter de ses services.

C’est pourquoi l’entreprise lance ClicTel, un centre d’appels qui transfèrera des clients préqualifiés directement chez les courtiers et les agents avec qui elle aura des ententes. Les employés non certifiés de ClicTel recueilleront l’information de base d’un client qui aura préalablement choisi une offre faite par ClicAssure et le transfèrera au cabinet choisi.

Le Journal de l’assurance s’est entretenu avec Marc St-Pierre et Martin Dufour, respectivement président et vice-président au développement des affaires de ClicAssure pour parler de cette avenue. Le site de comparaison en ligne a d’ailleurs ajouté un numéro de téléphone à sa page d’accueil pour les gens souhaitant parler à quelqu’un au téléphone.

Une chose est toutefois claire : aucun conseil ne sera donné au client. C’est à ce dernier de prendre la décision d’avec qui il veut faire affaire. Il devra faire ses recherches en ce sens. « Si le client hésite entre deux assureurs, nous n’intervenons pas. Nous ne pouvons orienter nos choix puisque nos employés de liaison ne sont pas certifiés », spécifie M. Dufour.

Le lead est ainsi envoyé en fonction de la répartition géographique. La prime sera déjà calculée à l’avantage du client, puisque ClicAssure est directement connecté aux outils de tarification utilisés par les courtiers. Dans les cas où les taux seraient identiques pour un même assureur, l’appel téléphonique est envoyé simultanément chez plusieurs cabinets.

Ce modèle est similaire au Centre d’appel virtuel d’Intact Assurance (CAVI). Les dirigeants de ClicAssure soulignent toutefois qu’ils amènent ce modèle au courtage indépendant, bien que des assureurs directs puissent aussi s’en prévaloir.

Nouveau marché

Si ClicAssure a développé cette offre, c’est aussi pour développer un nouveau marché. Les courtiers et assureurs traitant avec ClicAssure sont bien organisés pour gérer la prospection de clients et y dédient des employés. Le nombre de soumissions générées par ClicAssure est en constante progression année après année, affirment ses dirigeants, d’où l’importance d’aller chercher de nouveaux cabinets partenaires pour suffire à la demande.

« C’est moins évident pour un cabinet avec un module plus traditionnel, pas nécessairement orienté vers le Web, de traiter avec nous. Avec notre centre d’appels, on résout ce problème, car on lui envoie un lead préqualifié. C’est la vision que j’ai depuis 2009. Si vous n’appelez pas les clients, vous ne vendrez pas », dit M. Dufour.

Moteur de croissance

Au cours des dernières années, ClicAssure a développé plusieurs initiatives pour mousser sa croissance. Un module a été lancé en assurance des entreprises et l’entreprise tente de percer le marché ontarien. Les deux dirigeants de ClicAssure croient toutefois que la croissance de leur entreprise viendra principalement de ClicTel, puisqu’elle permettra d’élargir son bassin de clients, tout en permettant aux courtiers de s’organiser pour vendre sur le Web.

ClicTel compte six responsables de liaison dans son centre d’appels. Ceux-ci sont actifs du lundi au jeudi de 8 h 30 à 20 heures, le vendredi de 8 h 30 à 18 heures et le samedi de 10 heures à 16 heures. Les responsables de liaison de ClicAssure peuvent aussi prendre un rendez-vous pour le client au nom du courtier ou de l’assureur avec qui il traite s’il n’est pas disponible.

C’est à l’hiver que ClicAssure a lancé les premiers tests de ClicTel. En mai, plus de 800 transferts de liaison étaient été effectués en moyenne par mois. M. St-Pierre souligne que c’est encore petit par rapport au volume de transactions de ClicAssure, mais l’entreprise doit se donner le temps d’apprendre ce que ça demande d’opérer un centre d’appels.


Comment un courtier peut-il se doter d’un centre d’appels ?

C’est à cette question que répondra le Journal de l’assurance dans son édition d’aout, dans lequel sera publié son premier Guide de la technologie en assurance. Outre cette question, dix enjeux majeurs liés au développement technologique en assurance seront abordés, allant de l’implantation de la bande passante 5G à l’intelligence artificielle, en passant par la robotisation des tâches et le déploiement des objets connectés.

Assurez-vous de recevoir l’édition d’aout en vous abonnant ou en renouvelant votre abonnement :