Comment démarrer dans la profession de conseillers en sécurité financière ? Comment y demeurer même après les premiers échecs ? Quatre agents généraux ont partagé quelque 100 années d’expérience en une heure avec les 200 participants du rendez-vous du Regroupement des jeunes courtiers du Québec le 3 mai dernier.

Sébastien Lafond, de Lafond et associés, Patrick Cloutier, du Groupe Cloutier, James McMahon, du Groupe financier Horizons et Dominic Demers, de la Financière S_entiel, ont inondé les participants de leur expérience.

Plusieurs conseils

Les conseils ont coulé à flots : penser comme un propriétaire d’entreprise, développer le sens de l’entrepreneuriat, travailler en équipe, s’entourer de gens plus forts que soi, penser numérique, développer une identité unique, être un généraliste entouré de spécialistes, s’enrichir d’un mentor, s’inscrire à des coachings d’entrepreneur.

Au-delà des conseils pratiques, des conseils de vie ont aussi été partagés. James McMahon a martelé que cette profession se bâtit grâce à la passion, l’enthousiasme, le désir de servir les gens et la capacité d’avoir des rêves ! Si quelqu’un veut briser vos rêves, sauvez-vous de lui, a-t-il insisté.

Sébastien Lafond croit même qu’on doit investir moins de temps en formation sur les produits qu’en formation sur la commercialisation d’entreprise. La communication avec le client, l’art d’attirer les gens, l’importance du visuel dans les outils sont plus importants lorsqu’on est en affaires, a-t-il précisé.

Foncer dans le virage numérique

On ne doit pas prendre le virage numérique, on doit foncer dedans, a lancé Patrick Cloutier, pour illustrer l’importance en matière de réussite dans la profession. « Vous devez devenir des maitres de la proposition électronique, des fans des logiciels de gestion de la clientèle », afin d’accroitre votre efficacité et de sauver du temps.

Dominic Demers croit aussi que les qualités relationnelles jouent un rôle important dans la profession. Autre conseil : de devenir la référence pour tous les besoins de vie d’un client. Services bancaires, automobiles, services technologiques et informatique, besoin en financement. C’est un bon moyen, selon lui, de demeurer toujours présent dans la tête du client.