L’industrie de la réassurance s’est ajustée en 2019 afin de faire face à l’augmentation des dommages assurés liés aux catastrophes naturelles des deux dernières années. C’est ce qu’a révélé S&P Global Ratings dans son dernier rapport Global reinsurers aim to rebalance their natural catastrophe exposure.

La firme de notation souligne que les pertes liées aux catastrophes naturelles en 2018 ont été 50 % plus élevées qu’anticipé. De plus, le taux de catastrophe affectant les propriétés a augmenté entre 15 % et 25 %.

Augmentation de l’exposition au risque

Ainsi, en 2019, les réassureurs ont décidé d’augmenter leur exposition au risque de catastrophe en augmentant leurs primes lors des rondes de renouvèlement d’avril et de juin/juillet.

« La plupart des 20 plus grands réassureurs ont choisi d’augmenter leur exposition au capital pour bénéficier de meilleures conditions. Quelques-uns se sont heurtés à des mesures défensives leur permettant de réduire davantage leur exposition au risque », explique S&P.

Une volatilité à prévoir

Cette augmentation de l’exposition des réassureurs permettrait d’accroitre leurs bénéfices, mais pourrait aussi avoir des conséquences négatives, d’après la firme de notation.

« Bien que les réassureurs mondiaux aient maintenu leur discipline de souscription, nous prévoyons que la volatilité des bénéfices pourrait être supérieure à celle observée historiquement. Le secteur reste résistant en ce qui a trait aux évènements extrêmes, mais nous prévoyons qu’une plus grande perte qui toucherait l’industrie mènerait à des conséquences plus importantes pour les réassureurs », peut-on lire dans le rapport.