La firme technologique Brovada, établie au Nouveau-Brunswick, propose désormais ses solutions de connectivité en temps réel, NexCenter et NexExchange, aux courtiers et assureurs américains. Le marché canadien demeure prioritaire pour l’entreprise, qui souhaite se développer davantage au Québec.Karl Greenlaw, PDG de Brovada, affirme que 80 % de l’échange de données en temps réel passe par l’un ou l’autre de ses modules de connectivité. Il identifie ses principaux compétiteurs comme étant le système Warp d’Applied Systems, et Compu-Quote, de la compagnie du même nom, pour ce qui est de la tarification.

NexCenter est intégré au système de gestion de courtage (BMS) du courtier. Le courtier peut alors réaliser des transactions en temps réel à partir des modules de Brovada. Des intégrations ont été réalisées avec PowerBroker, Applied Systems et Technologie Keal. Une intégration supplémentaire a été réalisée au Québec avec Logiciels Deltek. Cette entente a permis à Brovada de doubler son nombre d’utilisateurs au Québec en un an, qui est passé de 20 à 40. Dans l’ensemble du Canada, 800 cabinets de courtage utilisent les solutions de connexion de Brovada.

La firme technologique travaille d’ailleurs à mettre au point la quatrième version de NexCenter. Celle-ci permettra aux courtiers de travailler dans un environnement Apple et de réaliser des transactions sur des tablettes et autres appareils mobiles.

La firme travaille aussi à mettre au point un outil de tarification directement intégré au BMS du courtier, qui lui éviterait d’avoir recours à Compu-Quote. « Le courtier sera en mesure de travailler dans un seul système, sans avoir à se connecter aux divers portails des assureurs », dit M. Greenlaw.

Brovada annoncera cet été la date à laquelle cette solution sera lancée. M. Greenlaw a toutefois précisé que ce sera un peu plus long pour rendre le tout disponible au Québec, étant donné que le mode de tarification québécois est différent des autres provinces.

Quant à NexExchange, cette solution est destinée aux assureurs pour qu’ils puissent réaliser des échanges de données en temps réel avec les courtiers. Brovada traite de cette façon avec une vingtaine d’assureurs. Avec cette solution, les assureurs peuvent s’échanger les données inhérentes aux polices des clients d’un courtier qui a décidé d’opter pour un transfert de volume d’un assureur A vers un assureur B.

Brovada se prépare aussi à lancer un module pour que courtiers et assureurs puissent réaliser des modifications de police en langage XML. M. Greenlaw affirme que ce sera la première solution du genre en Amérique du Nord.

Cette solution ressemble au projet d’échanges de données en temps réel que met au point l’Association des courtiers d’assurance du Canada. M. Greenlaw dit soutenir cette initiative, mais fait valoir que la sienne apportera une sécurité supplémentaire pour l’assureur et le courtier.

« L’Association veut éliminer les portails. Toutefois, en cours de route lors de l’échange, une vérification doit être faite pour s’assurer que la donnée transférée est la bonne. Un courtier peut faire une erreur en modifiant une donnée. Avec notre solution, ça ne risque pas de se produire, car une vérification se fait entre le courtier et l’assureur », dit-il.

Quant au marché américain, M. Greenlaw dit qu’y percer permettra à Brovada de doubler son volume de transactions en temps réel. « En ce moment, nous effectuons 7 % du trafic en temps réel en Amérique du Nord. Notre but est d’atteindre 50 % au cours des prochaines années. On croit d’ailleurs que nous devrions atteindre 20 % assez rapidement », dit-il.

Il mentionne que Warp, d’Applied Systems, est son principal concurrent sur le marché américain. « Être le leader des marchés canadien et américain est la position que nous voulons atteindre », ajoute M. Greenlaw. Il dit aussi regarder les occasions qui pourraient se présenter en assurance de personnes pour étendre ses services, mais qu’il n’a rien de concret à annoncer pour l’instant.