En 2015, les revenus des assureurs en assurance collective compilés par le Groupe Fraser révèlent une emprise continue du trio dominant.

Financière Sun Life, Manuvie et Great-West se sont taillé 65,3 % du marché canadien de l’assurance collective l’an dernier. En 2006, leur emprise atteignait 66,7 %.

Les données du Group Universe Report de Fraser Group dévoilent les parts de marché des 10 plus grands assureurs en assurance collective au Canada. Il révèle que ce club sélect a accaparé 96,2 % du marché canadien en 2015, en termes de revenus tirés de l’assurance collective vie et santé. Il a produit des revenus totaux estimés à 38,6 milliards de dollars (G$) en 2015.

« Le marché a crû de 4,3 % en 2015 par rapport à 2014 », peut-on lire dans le rapport du consultant en assurance collective, présidé par son fondateur, Ken Fraser. Un regard rétrospectif des dix dernières années montre que les revenus du top 10 croissent constamment depuis 10 ans. Ils avaient été de 25,5 G$ en 2006. Il s’agit d’une croissance de 52 % entre 2006 et 2015.

Si le trio dominant a resserré son emprise (65,3 % en 2015 contre 63,5 % en 2014), celle du top 5 est écrasante. Croix Bleue Médavie, dont le Groupe Fraser amalgame les revenus à ceux de toutes les autres Croix Bleue active en assurance collective au Canada, et Desjardins Assurances ferment la marche du top 5. Ces cinq joueurs ont contrôlé en 2015 82,1 % du marché contre 80,2 % en 2014. À eux seuls, ils ont produit 31,7 G$ de revenus en 2015.

Peu de changements

Les trois plus importants assureurs en collectif dominent depuis au moins dix ans, révèlent en outre les données rétrospectives allant de 2006 à 2015, et compilées par le Groupe Fraser pour le Journal de l’assurance. En dix ans, la plus faible part du marché canadien qu’ait obtenu ce trio est de 64,3 %. C’était en 2013. Le top 5 est lui aussi resté composé des mêmes joueurs depuis 2006, alors que sa part était de 81,6 %.

Manuvie est parvenue à ravir la deuxième place à Great-West en 2015, grâce à l’acquisition de Standard Life. Ce joueur intermédiaire avait engrangé des revenus d’assurance collective de 743,5 millions de dollars (M$) en 2014. Avec des revenus de 7,9 G$, Manuvie vient chauffer les arrières de Sun Life (revenus de 8,9 G$), qui n’a cédé sa position de tête qu’à deux reprises en dix ans, soit à Great-West, en 2006 et en 2008. L’absence de Standard Life en 2015 a permis à Empire Vie d’apparaitre au classement des dix assureurs, avec une part de marché de 1 %.  



L’assurance médicaments compte pour près de la moitié des revenus

Les assureurs canadiens ont tiré 46 % de leurs revenus d’assurance collective de la garantie d’assurance médicaments, soit 17,9 milliards de dollars (G$), sur des revenus totaux de 38,6 G$ réalisés en 2015 au Canada.

C’est ce que révèle l’étude Group Universe Report de Fraser Group. L’assurance dentaire arrive en deuxième position des garanties qui ont produit le plus de revenus en assurance collective pour les dix plus grands fournisseurs d’assurance collective du classement canadien, avec une part des revenus totaux de 22 %, soit 8,5 G$.

Troisième garantie la plus vendue, l’invalidité de longue durée a représenté des revenus de 6,9 G$ pour l’industrie en 2015, soit une part de 18 % des revenus totaux. Compilées ensemble dans le rapport, les garantie d’assurance vie et de mort et mutilation accidentelles ont représenté pour la même période 9 % des revenus générés par l’assurance collective au Canada, ou 3,4 G$. La garantie d’invalidité de courte durée a quant à elle représenté des revenus de 1,8 G$, pour 5 % des revenus totaux de 2015.

Les assureurs québécois ont pour leur part tiré 53 % de leurs revenus en collectif de l’assurance médicaments (3,5 G$ de revenus), et 14 % de l’assurance dentaire (900 M$ de revenus) en 2015. À la différence des résultats pancanadiens, c’est la garantie d’assurance invalidité de longue durée qui a pris le deuxième rang comme générateur de revenus d’assurance collective en 2015, avec 1,1 G$, soir une parte de 17 %.

Compilées ensemble dans le rapport, les garantie d’assurance vie et de mort et mutilation accidentelles ont représenté pour la même période 9 % des revenus générés par l’assurance collective au Québec, soit 600 M$. L’invalidité court terme a compté pour 8 % ou 500 M$ de revenus en 2015 pour les assureurs québécois.