Unité-Vie entend renforcer sa présence au sein du marché canadien de l’assurance vie grâce à deux acquisitions qu’elle fera d’ici la fin de l’année.La transaction devrait être bouclée d’ici la fin de l’année, après qu’elle ait été approuvée par les membres de l’ACPV et par les autorités réglementaires canadiennes.

Lors d’une entrevue qu’il a accordée au Journal de l’assurance, le président et chef de la direction d’Unité-Vie, Anthony Poole, révélait que la mutuelle d’assurance projette d’effectuer une autre acquisition au cours des prochaines semaines. Il n’a toutefois pas voulu en dire davantage.

Si la transaction entre Unité-Vie et l’ACPV est approuvée, l’ACPV n’opérera plus comme une société de secours mutuel. Elle poursuivra alors ses activités en tant qu’organisme à but non lucratif. L’ACPV allègerait ainsi ses coûts d’opération de 300 000 $ par année.

Seuls 10 000 des quelque 27 000 membres de l’ACPV détiennent une police d’assurance vie individuelle ou une autre protection.

« Mettre la main sur de tels blocs d’affaires est une véritable aubaine pour nous, lance M. Poole. Non seulement, ça nous permet de grossir notre en-vigueur, mais en plus, nous en profitons pour améliorer notre rendement, puisque nos coûts peuvent être répartis sur un plus grand nombre de polices », explique M. Poole. Au Canada, Unité-Vie compte 100 M$ de primes brutes et 175 000 détenteurs de polices.

M. Poole a par ailleurs précisé que l’acquisition de portefeuille ne touche pas les polices souscrites sous l’égide de l’ACPV par Manuvie et The Equitable.

Cette transaction arrive tout juste après que Foresters eut annoncé son intention d’acheter et de démutualiser Unité-Vie en août. Foresters intégrera ensuite cette dernière aux compagnies du groupe. Unité-Vie continuera de mener ses opérations de manière indépendante. Elle poursuivra entre autres sa stratégie d’acquérir des blocs d’affaires plutôt que des compagnies.