D’habitude peu enclin aux sorties publiques, Paul Desmarais Jr. a profité du congrès annuel d’Advocis pour exhorter les conseillers financiers canadiens à poursuivre leur lobby auprès du gouvernement fédéral contre l’entrée des banques en distribution d’assurance vie.Président du conseil et co-président directeur general de Power Corporation du Canada, conglomérat qui possède entre autres Great-West Life, Canada-Vie et London Life, M. Desmarais prenait la parole le 17 juin dernier à Victoria devant un auditoire composé de membres d’Advocis, principal regroupement de conseillers en assurance de personnes et en fonds d’investissement au Canada.

Durant son allocution, il a demandé aux conseillers de demeurer vigilants à l’égard du débat qui a cours actuellement, à savoir si on devrait permettre aux banques de fusionner avec des assureurs ou d’offrir plus de produits et services d’assurance par l’entremise de leurs succursales. Un débat qui se déroule avec en toile de fond une révision de la Loi des banques qui pourrait déboucher sur des changements au printemps prochain.

Le plus récent document de travail du fédéral, Examen de 2006 de la législation régissant les institutions financières, propositions pour un cadre législatif efficace et efficient pour le secteur des services financiers, ne se prononce pas sur cette question.

Une bonne nouvelle pour l’industrie de l’assurance, croit M. Desmarais. Il prévient toutefois les conseillers que le lobby des banques ne baissera pas les bras.

Selon Paul Desmarais fils, les conseillers jouent un rôle crucial pour convaincre le Fédéral de maintenir le statu quo sur la question des banques. Il estime que le conseiller qui s’adresse à son député individuellement constitue l’arme la plus puissante de l’industrie.

« Ne croyez-pas que le travail est fait au sommet… Les personnes les plus influentes en ce qui touche cette réglementation en particulier, c’est vous », a-t-il lancé à l’auditoire.

M. Desmarais craint par ailleurs que les fusions banques-assureurs ne signent le déclin du réseau de distribution indépendant. Chose qu’il a observé en Europe, où les banques ont investi le marché de l’assurance. Citant une étude effectuée en France, il rapporte que les banques accaparent là-bas environ 60% des ventes en assurance vie alors que le nombre de représentants a chuté de 50% durant les années 90.