Au cours des cinq dernières années, AssurExperts a travaillé à se diversifier. Pierre Boisvert, président et chef d’exploitation de la bannière, affirme y être parvenu. L’entreprise compte maintenant se recentrer sur ses activités de base ayant trait à la vente d’assurance.
M. Boisvert a un objectif pour sa bannière : devenir le meilleur réseau de distribution des assureurs. Il souligne d’ailleurs que ses cabinets affiliés ont maintenu en moyenne un taux de sinistralité avoisinant les 50 % au cours des dix dernières années.

En 2011, la bannière travaillera sur deux axes de développement. Elle veut mettre en place une stratégie lui permettant de doubler son nombre de cabinets affiliés. L’autre axe de développement concerne la mise en place de producteurs autonomes.

Au cours des derniers mois, AssurExperts a aussi décidé de séparer les services à la clientèle de la vente. Car, selon M. Boisvert, ces tâches ne doivent pas être effectuées par la même personne. La bannière veut aussi revoir l’appellation de producteur autonome, qu’elle juge quelque peu péjorative.

« Elle entraine une mauvaise perception. « Il ne faut pas oublier qu’on parle de quelqu’un qui travaille de chez lui, qui a accès à notre coaching et qui développe son entreprise. Ce n’est pas un employé », rappelle M. Boisvert.

Pour contribuer au développement de ses cabinets, AssurExperts les encouragera à chapeauter des producteurs autonomes. « Nous voulons que le cabinet affilié ait pour objectif de développer de deux à dix satellites. Ils seront copropriétaires de la clientèle », précise M. Boisvert.

Grâce à sa diversification, la bannière a développé différents produits au cours de la dernière année, grâce à sa présence au sein de 175 concessionnaires automobiles du Québec, par l’entremise de sa filiale Groupe F&I, qu’elle détient à 50 %. Elle a ainsi vendu un volume de dix millions de dollars (M$) en assurance crédit et invalidité. Un autre volume de 10 M$ a été obtenu grâce à l’assurance de remplacement, par l’entremise de sa filiale Garanties Privilège Plus. « Notre force est de bâtir des réseaux et de nous diversifier. C’est nécessaire à la rentabilité de l’entreprise », dit M. Boisvert.

Le président de la bannière se dit très satisfait de son département d’assurance aux entreprises, dirigé par Hubert Brunet. « Notre taux de clôture est passé de 15 % à 35 % en trois ans. Les courtiers apprécient qu’on ne les fasse travailler pour rien. On veut néanmoins se repositionner et rafraichir notre formule. Le projet devrait voir le jour d’ici trois mois. On veut présenter un modèle d’affaires différent », dit M. Boisvert.

2010 n’a pas été couronné uniquement de succès chez AssurExperts. La bannière s’est résignée à abolir son programme d’assurance collective, peu populaire auprès des courtiers. « Nous ne réussissons pas tout ce que nous entreprenons. Nous avons tourné la page, car nos membres y voyaient peu d’intérêt », dit M. Boisvert.